Que faire dans la région du Rotanah Kiri au Cambodge ?

Road Trip au Cambodge

Que faire dans la région du rOTANAH kIRI ?

Située dans l’Est du Cambodge, la région du Ratanakiri (aussi appelée Rotanah Kiri) est encore un endroit assez préservé du tourisme de masse. Et pourtant, la région regorge de petits bijoux naturels à découvrir lors de ton road trip au Cambodge. Sa fameuse terre rouge, ses nombreuses cascades, mais aussi la capitale de la province, Banlung, ne demandent qu’à être découverts pour explorer une région hors des sentiers battus ! Que faire au Rotanah Kiri ? Le guide complet !

Infos utiles

Avant toute chose, si tu viens de tomber par hasard sur mon article, sache que celui-ci va être sous forme de guide, mais pas seulement. En parallèle je t’explique l’histoire de ce road trip. J’ai réalisé le Cambodge à moto, mais il faut savoir que l’aventure n’a pas démarré au Cambodge. Tout à commencé au Vietnam ou j’ai traversé le pays du sud au nord avec mon bolide pour ensuite traverser le Laos du sud au nord. L’histoire se termine par contre au Cambodge. Je trouve ça intéressant d’écrire et de te partager mon expérience, mais aussi mes ressentis, qu’ils soient bons ou mauvais. 

Actuellement sur les réseaux on voit que la beauté des voyages, que la belle vie. Oui c’est en grande partie ça, mais il y a aussi des galères, du stress, des difficultés rencontrées, et je t’expose tout ça pour te montrer une autre partie que l’on ne trouve pas forcément sur Instagram. Attention elle est pas forcément moins belle, mais elle est cependant d’autant plus forte, et c’est ce qui rend intéressant les voyages. 

Bref, si tu veux en savoir plus, l’histoire commence ici. 

Que faire au Rotanah Kiri ? 

Le retour au Cambodge

Journal de bord : Que c'est bon de revenir au pays!

4000 îles, Laos
Frontière Laos - Cambodge

Mercredi 9 mars, 10h :

Je viens de traverser la frontière Laos – Cambodge sans aucune encombre. Quel soulagement, cette frontière est réputée pour être assez corrompue et de ne pas être la meilleure amie des voyageurs qui passent à moto. Je ne vais pas t’expliquer en détail mon passage, je l’explique juste ici !

La sensation de revenir dans un pays que tu connais déjà et que tu as tant aimé est incroyable. Surtout quand tu sais que cette fois-ci, ça sera totalement différent car tu vas être en totale autonomie !

Le panneau « Welcome to Cambodia » va finir d’ancrer le retour. Je n’ai jamais été aussi heureuse que de voir un panneau comme tel. Ma première étape sera de nouveau une ville totalement inconnue au bataillon, elle se nomme Stoeng Treng et je suis presque quasi certaine que je vais être la seule occidentale du coin. Un retour comme j’aime, être en totale immersion hors des sentiers battus.

Je roule sur une longue ligne droite à la route assez fracassée jonchée de nids de poule sous une chaleur ardente. Une petite pointe d’appréhension arrive quand même « j’espère que les routes ne seront pas trop mauvaises ». J’attaque mon troisième mois de road trip à moto et je dois avouer que la fatigue se fait de plus en plus ressentir. J’ai su gérer de nombreuses galères, mais je sens aussi que mes épaules sont de moins en moins larges pour gérer de potentiels nouveaux soucis.

Bienvenue à Stoeng Treng

Ville de Stoeng Treng

Stoeng Treng est une ville plus que basique au Cambodge. Une chaleur ardente, ça grouille de partout, un énorme marché en plein centre étalée sur plusieurs rues, des poissons à la vente sous 35 degrés, pareil pour de la viande fraîchement découpée… Hahaha que c’est bon de retrouver ce Cambodge simple et authentique. 

Je m’arrête dans un café pour me rafraîchir. Au Cambodge, il fait une chaleur impressionnante, mais je me rends compte que je crains de moins en moins ce soleil qui donne l’impression de brûler ta peau. Le reste de la journée sera tranquille, à déambuler dans les rues, prendre la moto pour rouler le long du Mékong avec un fond de coucher de soleil orange vif, des locaux qui me font coucou en passant. Bordel je me répète, mais que c’est bon d’être de retour !

Départ pour la région Rotanah Kiri

Stoeng Treng était juste une ville étape. Mon premier objectif de ce deuxième voyage en Asie est la région du Ratanakiri. Une destination un peu moins connue des voyageurs, mais qui est réputée pour ses treks dans la nature et ses cascades. Je ne sais pas trop à quoi m’attendre en y allant, mais je veux principalement y aller pour me « perdre » et découvrir le Cambodge profond.

Il va me falloir au total 3 heures de route pour rejoindre cette première étape, soit environ 188 km. Mon dieu que la chaleur tape sur la moto, j’ai l’impression d’être une merguez en pleine cuisson sur un barbecue. J’ai à peu près la même couleur que la merguez en fin de journée d’ailleurs. J’arrive dans le centre avec comme première impression que la région porte bien sa réputation. La terre rouge est partout, je suis rouge, ma moto est rouge, les rues sont rouges, mais quelle joie d’être arrivée !

Il est temps d’organiser mon séjour ici, je ne sais absolument pas ce que je vais faire des mes prochains jours. Pour cela, je décide de me poser dans un café très local en fin de journée, près d’une station essence. Je retrouve par ailleurs la gentillesse des Cambodgiens. Un enfant jouera avec moi pendant une bonne heure, on écrira ensemble sur des bouts de papier, on échangera nos bracelets, tout est fluide malgré la différence de langage. Le côté touchant des Cambodgiens est toujours autant présent et me touche de la même manière que lors de ma première venue au Cambodge. Ces moments-là sont clairement les plus riches dans un voyage.

Centre de Banlung

2 jours dans les terres rouges

Au programme de ces 2 jours, immersion dans la capitale de la région, mais surtout des visites full nature à base de lac et de cascades. Je préfère te prévenir, mais les cascades sont difficiles d’accès, briquette va encore faire de la motocross dans ce pays hahah. 

Il y aura très peu de visites culturelles et pas de trek pendant ces deux jours, mais surtout des balades dans les différents endroits de la région. La chaleur est étouffante, il faut l’avouer, et ça peut s’avérer un peu handicapant pour certaines activités.

Il est temps de découvrir ce pourquoi tu es la, que faire dans cette région ainsi que toutes les infos pour réussir son séjour à l’Est du Cambodge !

Que faire au Rotanah Kiri ? 

Que faire au Rotanah Kiri ?

Un tout petit point culturel avant de découvrir ce qu’il y a à faire dans la région. Les habitants du Ratanakiri sont appelés les Khmers Loeu et sont pour la plupart « animistes ». Un animiste est une personne qui partage une croyance, l’animisme et selon laquelle les êtres vivants dans leur ensemble, les objets y compris, possèdent une âme qui leur est propre.

Si tu te perds dans les profondeurs de la région, il y a de forte chance pour que tu tombes sur des villages animistes. Personnellement, je suis passée devant certains villages, pouvant observer les fameuses maisons sur « pilotis géants » ou les maisons de « célibataires » mais je ne me suis pas pour autant arrêtée par « crainte » d’être considérée comme trop intrusive dans leur village. Je pense que dans certains endroits qui ne sont clairement pas touristiques, il faut savoir rester à sa place et ne pas s’arrêter pour prendre en photo le lieu ou ses habitants. Ça peut très vite donner une ambiance « zoo ». Et honnêtement, tu le sens très vite quand tu es la bienvenue dans un endroit et qu’il y a une curiosité réciproque, ou non hahaha.

Découvrir les plus belles cascades de la région

Cha ong Waterfall

Pour découvrir cette cascade, je dois avouer que ça a été une réussite, mais qu’à moitié. Je l’ai vue indirectement grâce à dronie haha.

Pour une fois, ce n’est pas Maps.me qui m’a  fait prendre un chemin de motocross digne des plus grandes compétitions. Ici, on est même plus sur une route, mais un chemin de terre rouge, la spécialité de la région où il est bien difficile de conduire dessus. Rajoute à ça une pente à 15% (nickel) plus une remontée de la même envergure, ambiance tranchée hahaha. Alors là mon petit pote, quand tu vois ça, tu fonces, tu déconnectes et tu ne réfléchis pas et tu tiens bien ton guidon 😂

Plus sérieusement, étant seule au Cambodge à moto, j’ai privilégié la sécurité en prenant une carte SIM et donc avoir Google Maps. Mdr, là c’est Google lui-même qui a voulu tester mes capacités à conduire dans des lieux impossibles à conduire. 

L’entrée par laquelle je suis arrivée était fermée avec beaucoup de « gardes » autour. Autant te dire que je ne m’y suis pas risquée et que j’ai préféré envoyer dronie au front. Il devait y avoir une bonne raison pour qu’elle soit fermée, bref, ce n’était pas le bon jour, mais au vu de certains commentaires récents, la cascade se visite toujours.

Cha ong Waterfall

Infos utiles

  • L’entrée est de 4000 riel ou 1$.
  • Attention le site est considéré un peu comme à l’abandon avec pas mal de détritus par terre. Ne t’attends pas à une superbe cascade aménagée. 

Kachanh Waterfall

Viens donc la deuxième que j’ai pu découvrir ! Celle-ci a été pour le coup totalement accessible. La cascade en elle-même est « petite » mais elle reste très mignonne ! Tu peux t’y baigner et l’endroit est assez calme. Personnellement, au moment où je suis passée (en pleine journée), on devait être que 3 sur le site, ce qui était assez agréable. Tu peux aussi être « au-dessus de la chute d’eau », pour plus de calme. Malheureusement, je n’ai pris aucune photo de cette dernière, j’étais plus intéressée par les petites maisons des minorités et leur statue que la cascade en elle-même haha.

Infos utiles

  • L’entrée est de 4000 riel ou 1$.
  • Il possible de se baigner de boire un verre avec des petites infrastructures aménagés. Pareil que la première, il n’y a pas mal de plastique un peu de partout..

KaTieng Waterfall

Le début était sympa

Je te parlais de mon appréhension à revivre des galères ? Hahaha voilà que j’en ai vécu une belle le premier jour d’exploration de la région !

Petit détail assez important, Briquette commence à me faire pas mal des siennes. Parfois, elle ne veut pas démarrer ce qui n’est clairement pas pratique. Je fais donc la sourde oreille face à ce problème, sur un malentendu elle va arrêter toute seule de ne plus vouloir démarrer (sûrement Cass). Et vu que j’aime encore plus les bourbiers, je m’engage encore et toujours dans des chemins que l’on peut considérer comme des tranchées haha. Je la cherche cette chute que je n’ai toujours pas eue.
En voulant voir cette cascade, je m’enfonce donc clairement dans un bourbier (qu’est-ce que je suis têtue c’est pas possible). Ce qui devait arriver, arriva, je bloque la moto. Je continue à pied pour voir si la cascade est encore loin. Petit détail important, il est 12h, on doit avoisiner les 38° 🙂

Je finis par abandonner l’idée de rejoindre la cascade, le chemin est catastrophique et aucune vue sur la cascade. Je reviens sur mes pas, il va falloir débloquer Briquette maintenant. Pour ne pas arranger les choses, elle décide de ne plus démarrer à ce moment la, bien évidemment c’était pas assez galère !

Me voilà donc dans un combat one vs one contre Briquette pour la tourner entre deux tranchées afin de repartir dans le sens inverse. Je te passe les détails, mais j’ai sué, râlé et fait mon sport du jour ! Elle est lourde la garce, mais j’ai fini par gagner et elle a aussi fini par redémarrer cette capricieuse.

Belle ambiance mdr
Et c'est pire en réel mon petit pote

Infos utiles

  • L’entrée est pour l’instant plus payante, mais elle l’était avant le covid. 4000 riel ou 1$.
  • D’après certains avis, la route aurait été goudronnée. Je pense honnêtement que google m’a emmené dans un mauvais chemin dès le départ et qu’il y a une route plus simple. 

7 steps Waterfall

Je te parle de celle-ci qui est moins connue car un peu plus loin dans les alentours, mais qui reste quand même à faire si tu aimes rouler en deux roues ! 

Située à 40 min du marché, elle est idéale si tu veux te prélasser dans un bain de fraîcheur avec ses 7 étages, d’où son nom. Attention cependant à la saison à laquelle tu vas te rendre. En saison des pluies, tu ne seras pas déçu, en saison sèche, tu peux être un peu frustré au niveau de l’eau…

Explorer le marché de Banlung : la capitale de la région

Une rue parallèle au marché
Briquette qui se fond dans la masse

En étant au Rotanah Kiri, tu vas forcément passer par sa capitale qui se nomme Banlung. 

Banlung est une ville Cambodgienne plus que banale mais qui est parfaite pour assimiler le mode de vie de ses habitants. À vrai dire d’un point de vue touristique, tu ne vas pas trouver beaucoup de choses à faire… Son seul attrait si je puis dire est son marché qui est ouvert tous les jours de 05h00 à 18h00. Tu ne peux pas le louper il est en plein centre de la ville. Ça reste un marché à l’asiatique ou tu vas pouvoir y trouver de la nourriture (j’espère pour toi que ne crains pas les odeurs fortes), mais aussi des objets et toutes sortes de babioles fantaisistes que tu peux trouver dans un marché. 

l'entrée du marché

Infos utiles

  • Le marché est ouvert tous les jours de 05h00 à 18h00. 

Le plus beau point de vue de la ville en sunset

On peut trouver un autre intérêt touristique à la ville avec son plus haut point de vue donnant une belle vue sur Banlung. Il suffit de taper « Phnom Svay Mountain » sur Google pour y aller. En plus du point de vue, tu vas aussi pouvoir admirer une énorme statue de Bouddha. Au coucher de soleil, c’est clairement l’endroit le plus sympathique pour observer la fin de journée.

Simple et efficace

Je tiens aussi à te préciser de ne pas t’attendre à quelque chose d’incroyable où tout est beau et propre. Rien n’est aménagé, il y a la statue, la vue sur la ville, le coucher de soleil et c’est tout haha. Simple et efficace, j’ai envie de te dire.

Preah Putth Chaul Nipean

En montant la colline pour accéder au bouddha, tu vas aussi passer devant une autre statue de Bouddha qui est cette fois-ci, couchée. La statue est beaucoup moins impressionnante que celle que tu peux voir à Bangkok au temple de Wat Pho. Néanmoins, tu passes devant donc c’est toujours sympa de l’observer et pour sûr tu auras beaucoup moins de touristes à côté de toi ! 

Infos utiles

  • Je n’ai absolument rien payé pour me rendre sur les lieux.  

Prendre un bol d'air au lac Yeak Laom

Bienvenue dans l’endroit préféré des locaux ! C’est THE place to be. Tu ne seras clairement pas tout seul, il y a des stands de nourriture en veux-tu en voilà, des petits cabanons pour pique-niquer… Bref, c’est ici qu’il faut te rendre si tu veux prendre un bol d’air frais dans la chaleur étouffante du Rotanah Kiri. 

Il est totalement possible de faire le tour du lac mais aussi de se baigner avec les petits pontons installés tout autour de ce dernier. Idéal pour une après-midi cool entre amis ou en famille.

Infos utiles

  • L’entrée est payante et coute 8000 riels ou 2$. 
  • Il n’y a pas marqué d’horaires d’ouvertures. 

Parc national de virachey

Pour les amateurs de nature, ils vont être comblés avec le parc national de Virachey ! Il est réputé pour être le plus grand parc du pays avec des montagnes qui culminent entre 400 mètres et 1500 mètres.

En réalisant des activités dans ce parc, tu vas pouvoir y découvrir plus de 450 espèces d’oiseaux et 30 espèces de mammifères comme les léopards et les éléphants. Sans compter le nombre de fleurs que tu vas pouvoir observer. Malheureusement, tu vas assez vite le remarquer, que ce soit dans le parc mais aussi dans la région de manière générale, le lieu est menacé par l’exploitation forestière illégale et le braconnage. Et ce même si la région tente de rester une destination protégée et respectueuse de l’environnement et des populations locales. L’entrée du parc est donc payante et comprise dans les excursions pour qu’il soit entretenu et protégé.

Il est donc possible de réaliser différentes activités au sein même de Virachey : escalades, treks sur plusieurs jours, vélo de montagne ou encore kayak… Possibilité de pique-niquer et de faire du camping. Tu l’as compris, il y en a pour tous les goûts et tous les niveaux !

Concernant les treks ou les expéditions qui se trouvent de manière générale dans les alentours de Veal Thom, il est préférable d’être accompagné d’un guide afin d’observer au mieux la faune et la flore. Pour ce faire, n’hésite pas à te rapprocher des gérants de ton futur hostel. Ils auront forcément des contacts pour que tu puisses réaliser des treks (ça reste l’atout principal de la région).

Infos utiles

  • Si tu as prévu de visiter le parc national de Virachey en totale autonomie, il faut te rendre au Rattanakiri Provincial Department of Environment pour acheter ton ticket pour le parc. Aux dernières nouvelles, l’entré coute 5$ par personne et par jour.  
  • Tu peux aussi, et je pense que c’est le mieux a faire, réaliser des treks sur un ou plusieurs jours au sein du parc. Tu seras avec un guide qui connait parfaitement l’environnement ce qui ne peut être que bénéfique pour toi ! 
  • Eisey Patamak Mountain est l’une des montagnes du parc ou tu peux y observer un bouddha. 

Que faire au Rotanah Kiri ? 

Où se loger au Rotanah Kiri ?

Happy bungalow & trekking

Mon petit havre de paix lors de mon passage au Rotanah Kiri ! Je te parlais justement de demander des renseignements à ta guesthouse si tu veux faire des trekkings, mon auberge porte le nom d’une agence de trek, alors autant t’y rendre pour allier praticité et efficacité.

Si tu es un voyageur solo en quête de rencontres, l’établissement propose aussi des dortoirs. Si tu as envie d’avoir de la tranquillité, la majorité de leurs chambres sont des bungalows avec vue sur la montagne et un confort tout à fait acceptable pour quelques jours. C’est propre, le propriétaire est aux petits soins, bref je ne peux que recommander ce logement !

Infos utiles

  • Possibilité de réaliser directement un trek dans la jungle, à en discuter avec les propriétaires de la guesthouse. 
  • Possibilité de louer un scooter sur place. 
  • Le prix de la nuit dans un bungalow privé avec salle de bain était de 5$ la nuit. 

Que faire au Rotanah Kiri ? 

Où manger au Rotanah Kiri ?

The green carrot restaurant & bar

Je ne partage pas souvent les endroits où je mange car je t’avoue que j’y vais un peu à l’aveugle. La devanture m’inspire confiance, j’y vais et c’est tout, en oubliant 10 minutes après comment s’appelait le restaurant où je me trouvais hahah.

Mais pour celui-ci, c’est différent, j’y suis allée à chaque fois tellement ils étaient adorables et que c’était bon ! J’avais un peu ma petite routine au Ratanakiri en me rendant dans ce restaurant bien placé dans le centre et peu cher !

Tu peux donc y aller les yeux fermés, tu seras servi comme un roi ! Spoiler alert : ils ont des animaux beaucoup trop mignons en plus !!

Centre du Rotanah
Une famille avec des animaux adorables

Infos utiles

  • De maniere un générale, un repas avec un plat plus une boisson me coutait entre 3$ et 5$ en fonction de ce que tu prenais, si c’était un plat typiquement asiatique (Fried Rice) ou un plat plus de « occidental ». 

Que faire au Rotanah Kiri ? 

Comment se déplacer au Rotanah Kiri ?

De facon totalement autonome

La région du Ratanakiri est assez épargnée du tourisme de masse. C’est un très bon point, mais cela sous-entend aussi qu’il y a moins de « choses pour les touristes ». Le plus simple est donc de découvrir le Ratanakiri de façon totalement autonome avec ton propre véhicule (acheté en amont) ou en louant des scooters auprès des infrastructures qui en proposent (souvent les guesthouses).

Si tu me lis depuis un certain temps, tu sais à quel point je vante les avantages d’avoir sa propre liberté. Néanmoins, je tiens quand même à préciser que si tu loues un deux-roues dans la région, il faut être assez à l’aise avec. Comme je t’ai précisé plus haut, la région est connue pour ses fameuses terres rouges et donc les routes sont assez galères. Clairement, tu es dans un mélange entre terres et « sables » et entre toi et moi, c’est casse-gueule en deux-roues hahah.

Alors, mon petit conseil habituel mais que je vais appuyer encore plus ici, loue un scooter que si tu es à l’aise et un minimum expérimenté, sinon tu vas vraiment galérer et il n’y aura aucune partie de plaisir dans tes explorations.

Les routes du Rotanah hahaha
Ne pas réfléchir et foncer haha

Avec un driver

Si tu ne te sens pas de louer un deux-roues, il y aura toujours la solution du chauffeur qui pourra t’emmener dans les endroits à ne pas louper de la région ! Le gros point fort de cette façon de visiter le Ratanakiri est que tu n’auras pas la fatigue et le « stress » de la route, et ça honnêtement, ça n’est vraiment pas négligeable !

Pour trouver le chauffeur de tes rêves, tu peux trouver la perle rare sur les groupes Facebook du style « Les Français au Cambodge ». Beaucoup de voyageurs recherchent des guides et tu vois souvent des WhatsApp passer. Sinon, demande conseil à ton hébergement, ils connaissent forcément quelqu’un qui saura exaucer tes vœux.

Que faire au Rotanah Kiri ? 

Comment venir au Rotanah Kiri ?

Depuis le Cambodge

Si tu te trouves déjà au Cambodge, il est assez simple de rejoindre la région du Ratanakiri, particulièrement si tu te trouves dans l’une des deux villes principales du pays : Siem Reap et Phnom Penh.

Ce sera d’ailleurs le seul moyen pour rejoindre Banlung. Tu peux réserver directement via 12GoAsia ou bien en passant directement par ton logement ; ils ont peut-être des possibilités pour réserver ta future destination.

Infos utiles

  • Le transport entre Siem Reap et Banlung coute environ 17€ pour une durée de 7h30 de bus. 
  • Le transport entre Phnom Penh et Banlung coute environ 14€ pour une durée de 12h de bus de nuit, ou 8h pour un bus de jour mais c’est potentiellement un peu plus cher. 
  •  

Depuis le laos

Si tu te trouves au Laos, il n’y qu’a seul moyen pour rejoindre Banlung et c’est depuis les 4000 îles. Le trajet peut être réservé via 12goAsia toujours par contre bon courage pour l’épopée du trajet que tu vas te payer hahaha 

Infos utiles

  • Le trajet entre les 4000 îles et Banlung va te couter environ 30€ et tu pars pour plus d’un journée de trajet. Honnêtement ça me parait bizarre. Oui ce n’est pas la porte à coté, mais de la a faire plus d’une journée, quand même. 

Que faire au Rotanah Kiri ? 

Combien de temps au Rotanah Kiri ?

Tu l’as compris, le Ratanakiri est une région préservée du tourisme de masse. C’est effectivement fortement appréciable puisque ça en fait une région authentique pour découvrir le « vrai » Cambodge, mais tu vas aussi y faire rapidement le tour. Ça va aussi dépendre de ce que tu veux faire sur place. 

Si tu veux être en totale autonomie et découvrir les attraits naturels par toi-même (un peu comme j’ai fait), je te conseille d’y rester au total 3 jours. Tu y verras déjà un bon aperçu de la région. Si, en plus, tu veux rajouter un trek, ça va dépendre de la durée de ton trek. Tu veux le réaliser en une seule journée ? Sur plusieurs jours ? Tout va dépendre de ton envie et de l’optique dans laquelle tu veux visiter la région du Ratanakiri.

Tu peux aussi très bien tout miser sur le trek en partant sur plusieurs jours et faire « que ça ». De manière générale, je dirais tout de même de rester au minimum 2-3 jours, sinon tu risques de survoler la région.

Le mot de la fin

La région du Rotanah Kiri est donc une région à privilégier si tu veux sortir des sentiers battus et découvrir un Cambodge plus authentique, plus simple ou tu viens prendre un bon bol d’air frais malgré la chaleur ardente de cette région. L’endroit est idéal pour se ressourcer et découvrir la jungle cambodgienne lors d’un trek dans le plus grand parc national du pays. 

Si tu as d’autres questions, n’hésite surtout pas à m’envoyer un message via mes réseaux sociaux ou à me les poser en commentaires. C’est toujours un plaisir de partager entre voyageurs en Asie. Enfin, tu peux laisser un petit vote ou recommander cet article ou ce blog. Ça m’aide et ça fait toujours plaisir ! 

À la prochaine 

Cass 🤙🏽

Road trip au Cambodge

Les autres articles sur le cambodge 👇🏽 

Post a Comment