Que faire à Siem Reap ? Le guide avec les temples d’Angkor

Road Trip au cambodge 

Que faire à Siem Reap ? Le guide avec les temples d'Angkor

Découvrir Siem Reap, c’est plonger dans un Cambodge en plein essor, où l’effervescence urbaine se mêle à une authenticité préservée, notamment à travers les célèbres temples d’Angkor qui font la renommée de la ville. Mais Siem Reap ne se résume pas uniquement à ces vestiges historiques ; elle regorge également de trésors cachés à explorer.

Que faire à Siem Reap en un minimum de temps ? Suivez le guide pour en apprendre plus sur cette ville immanquable à ton road trip au Cambodge ! 

Infos utiles

Avant toute chose, si tu viens de tomber par hasard sur mon article, sache que celui-ci va être sous forme de guide, mais pas seulement. En parallèle je t’explique l’histoire de ce road trip. J’ai réalisé le Cambodge à moto, mais il faut savoir que l’aventure n’a pas démarré au Cambodge. Tout à commencé au Vietnam ou j’ai traversé le pays du sud au nord avec mon bolide pour ensuite traverser le Laos du sud au nord. L’histoire se termine par contre au Cambodge. Je trouve ça intéressant d’écrire et de te partager mon expérience, mais aussi mes ressentis, qu’ils soient bons ou mauvais. 

Actuellement sur les réseaux on voit que la beauté des voyages, que la belle vie. Oui c’est en grande partie ça, mais il y a aussi des galères, du stress, des difficultés rencontrées, et je t’expose tout ça pour te montrer une autre partie que l’on ne trouve pas forcément sur Instagram. Attention elle est pas forcément moins belle, mais elle est cependant d’autant plus forte, et c’est ce qui rend intéressant les voyages. 

Bref, si tu veux en savoir plus, l’histoire commence ici. 

Que faire à Siem reap ?

Contente de te revoir Siem Reap

Journal de bord : Siem Reap, un gout de fin d'aventure

Dimanche 26 mars, 10h00 :

Après une petite semaine à Phnom Penh, il est temps de rejoindre une autre ville que je connais très bien, Siem Reap. Encore une fois, le trajet se fera en deux étapes. Pas d’auberge de jeunesse à Siem Reap, je vais loger chez des amis expats. J’en profite donc pour m’offrir un hôtel « luxueux » entre Phnom Penh et Siem Reap. L’étape luxe se fera donc à Kampong Thom, une dernière ville en totale immersion loin de tous autres voyageurs backpackers.

Phnom Penh – Kampong Thom c’est 3h30 de route pour 180 km. 3h30 de ligne droite sous 36 degrés, un rituel désormais au Cambodge haha. Je vais donc arriver vers 14h00 à l’hôtel où une chambre plus grande que toutes les autres chambres que j’ai eues jusqu’à présent et une véritable piscine olympique pour parfaire mon bronzage m’attendent. Après une semaine de dortoir et des dizaines de logements « simples mais efficaces », je peux t’assurer que ce véritable palace luxueux fait plus que du bien ! L’heure est au calme et au repos, puisque le lendemain j’arriverai à Siem Reap. L’interlude luxe sera de courte durée.

Destination finale atteinte

Lundi 27 mars, 11h00 :

Un départ tardif pour profiter au maximum du confort de l’hôtel. Il y a de nouveau 3h30 de route pour atteindre la dernière destination. Ça y est, c’est le « gros » trajet de la dernière fois. Dernière fois que je mets mon gros sac sur la moto, dernière fois que j’essaie de m’installer le plus confortablement possible tout en sachant très bien que j’aurai mal aux fesses d’ici 1h, dernière fois que je me tartine de crème solaire car je vais déjà bien assez cuire, et je dois avouer que l’émotion est présente. Ça y est, c’est la fin. Déjà? Aussi paradoxal que cela puisse paraître, j’ai détesté autant que j’ai aimé cette aventure. Détesté par toutes les galères et les peurs que la moto m’a données, mais d’une si belle intensité… Non, je ne veux pas dire adieu à tout ça malgré la fatigue omniprésente.

Un dernier coucou aux employés de l’hôtel qui m’ont regardée avec curiosité préparer la moto. C’est rare une femme solo qui réalise ce genre d’activité et jusqu’au bout, j’aurai attiré la curiosité des locaux haha. C’est parti pour le dernier trajet. Enfin non, je vais réaliser une petite boucle à Siem Reap avant de vendre définitivement la moto, mais ça reste le gros trajet de fin.

16h00. Je commence à reconnaître la route, j’arrive à Siem Reap. Heureuse, excitée, mais aussi avec une boule au ventre. Je l’ai fait. Je l’ai fait bordel. Trois mois pour traverser trois pays : le Vietnam, le Laos et le Cambodge. 

5538 km. 5538 km plus tard, j’arrive à Siem Reap après avoir démarré à Ho Chi Minh sans même savoir passer les vitesses sur cet engin au moment de l’achat. Je suis aussi contente d’arriver que triste. Malgré la fatigue, les galères et les nombreuses frayeurs, je ne veux pas que ça se termine. Je ne veux pas vendre la moto, je ne veux pas lui dire au revoir car lui dire au revoir, c’est dire au revoir à cette aventure si humaine. C’est dire au revoir à cette montée d’assurance que j’ai plus eue pendant 3 mois que je ne l’ai eue dans toute ma vie. C’est dire au revoir aux rencontres plus qu’authentiques, c’est dire au revoir à un mode de vie simple, à une liberté inégalable que je n’avais jamais eue jusqu’à la lors dans mes voyages. Je vois tellement mon changement. Je suis plus calme, plus apaisée, je sais beaucoup mieux gérer les situations de stress, j’ai littéralement grandi. J’ai plus grandi en 3 mois de moto en Asie qu’en 27 ans de vie.

Terminer cette aventure, c’est dire au revoir à une expérience qui m’a transcendée. J’arrive chez mes amis assez émue, mais aussi très heureuse de les revoir. Je les avais rencontrés un an plus tôt dans un bus en direction de Siem Reap. Un an plus tard, j’arrive dans leur propre resto par mes propres moyens. Les retrouvailles sont drôles, avec plein d’anecdotes à se raconter.

Néanmoins, je suis têtue et je refuse de vendre la moto sans avoir dépassé la barre des 6000 km. D’ici quelques jours, je reprendrai la moto en direction de la frontière thaïlandaise pour découvrir des temples inconnus au bataillon qui sont tout aussi intéressants que Siem Reap.

Et pour être totalement honnête, en arrivant à Siem Reap avec toute cette émotion de fin, je m’accroche de toutes mes forces au fait que ce n’est pas encore totalement fini et qu’il me reste ces 3 jours de road trip. Je ne suis définitivement pas prête à dire au revoir à tout ça.

Je vais rester une semaine à Siem Reap chez mes amis. Je découvre un mode de vie d’expat, ce qui est tout aussi cool. Ça change du mode de vie de backpackers et c’est tout aussi intéressant. Bref, on va découvrir ensemble que faire à Siem Reap avant de partir découvrir les alentours.

Que faire à Siem Reap ? On découvre le guide maintenant !

Que faire à Siem reap ?

Que faire à Siem Reap ?

Les temples d'Angkor

Commençons par la star des lieux, l’immanquable lors de ton passage sur que faire à Siem Reap ? Mesdames et messieurs, j’ai nommé les incontournables temples d’Angkor ! Qu’on se le dise direct, Siem Reap est touristique grâce à ces temples mondialement connus. La très grosse majorité des voyageurs ne viennent d’ailleurs voir que ça à Siem Reap, et pourtant… Mais ça, on verra ça plus tard !

Quelques mots assez rapides pour te présenter Angkor : c’est un site archéologique de plus de 200 temples sur un total de 400 km² et qui a été la capitale de l’Empire Khmer du 9ème au 14ème siècle. Topo donné, te voici donc face à une part incontournable de l’histoire du Cambodge. C’est d’ailleurs le joyau de tout un pays et qui en fait sa réputation dans le monde entier. Depuis la reprise du tourisme avec le covid, on a compté pas moins d’un demi-million de touristes étrangers dans les temples en 2023. Rien que ça.

Alors oui, c’est touristique, on ne va pas se le cacher. Mais honnêtement, c’est gigantesque et ça reste à voir ! Il y a toujours un moyen de se retrouver quasiment seul dans ces lieux magnifiques. On voit tout ça maintenant !

un réveil aux temples

Comment explorer les temples d'Angkor ?

Avec un driver et / ou un guide

Autant je suis de la team en totale autonomie pour découvrir des lieux, autant là j’ai privilégié un chauffeur / guide pour ces 2 jours à Angkor ! Et autant te dire que je ne l’ai pas regretté une seule seconde vu le guide avec lequel on est tombé qui était juste d’une gentillesse incroyable ! Petit topo sur comment on l’a rencontré, car l’anecdote est mignonne :

C’était la première fois que j’arrivais à Siem Reap, cette fois-ci en bus depuis Phnom Penh. Bien évidemment, à la sortie du bus, une multitude de chauffeurs proposent leurs services. Certains sont assez oppressants, mais pas ce guide-là. On lui demande alors (j’étais avec une amie à ce moment-là) de nous emmener à notre hôtel. Sur la route, on parle un peu et il nous propose ses services pour les temples d’Angkor. Il organise tout : la récupération des tickets, ce qu’on doit absolument voir et à quel moment (coucher de soleil et lever du soleil), quand il viendra nous récupérer, etc. Tout ça dans une ambiance vraiment cool et pas oppressante comme certains peuvent le faire. Bingo, on a notre copain pour les deux prochains jours. Le coup de cœur se fait directement, il viendra nous récupérer le lendemain pour découvrir le joyau du Cambodge !

  • Les avantages d’avoir un guide :

    Tu te doutes, ils sont bien plus nombreux que les inconvénients. Premièrement, la facilité. C’est lui qui sait où aller, et honnêtement, il connaîtra toujours Angkor mieux que toi malgré les heures que tu as pu passer sur internet pour dénicher les meilleurs endroits. Il te conduira directement la où il faut t’emmener. De plus, vu que c’est un chauffeur privé, il sait aussi où la majorité des touristes se rendent. Si tu as envie d’être seul, dis-lui et il te fera prendre un autre chemin pour éviter la horde de voyageurs qui se baladent en même temps que toi dans le parc.

    Deuxièmement, il fait très chaud à Angkor, et je peux t’assurer que tu seras content d’avoir ton propre chauffeur qui conduit pendant que toi tu admires à l’arrière du tuk tuk la beauté des lieux.

    Enfin, tu en apprendras plus sur Angkor. Il te donnera des petites anecdotes et des infos sur les lieux que tu n’aurais pas si tu étais totalement autonome sans audio guide. Il y a aussi la praticité : il t’emmènera directement acheter les billets, et il connaît aussi les promos du moment. Par exemple, pour nous, on a eu de la « chance » puisqu’on y était juste après le covid (oui, j’ai vu Angkor Wat presque vide et je peux t’assurer que c’était juste fou) et il y avait une promo sur les billets. Chose qu’on ne savait pas mais que notre guide nous a réservée en amont. Je vais t’expliquer juste en dessous le fonctionnement des billets, mais on a eu une journée gratuite. On aurait payé pour deux journées si notre guide n’avait pas été là.

  • Les inconvénients d’avoir un guide : 
Honnêtement, je n’en vois qu’un seul : tu n’as pas ta liberté totale et tu ne peux pas aller où tu veux. Et encore, cet argument est à prendre avec des pincettes, car je suis certaine que si tu lui demandes de s’arrêter à un endroit qui t’a tapé dans l’œil sur la route, il s’arrêtera.

Infos utiles

  • Nous avons passé deux jours avec notre guide, le premier jour nous avons fait la journée ainsi que le sunset dans un lieu emblématique des temples, et le deuxième jour nous avons fait le sunrise jusqu’à la mi journée. La journée aurait pu continuer mais on a demandé à Soeun de rentrer avec la chaleur et la fatigue. 
  • Pour deux jours, nous avons payé un total de 100 000 riel, soit environ 22€. Ce qui fait 11€ la journée si tu es solo, 5,5€ par personne si vous êtes deux. le guide vient bien évidemment te récupérer à ton hôtel et te ramène au même endroit. 

En totale autonomie

Il est donc aussi possible de découvrir les temples par ses propres moyens. Chose que j’ai aussi faite la deuxième fois que je me suis rendue à Siem Reap, mais de façon un peu spéciale haha.

Tout d’abord, le plus simple est de louer un moyen de locomotion car tu ne peux pas te rendre à pied aux temples. C’est beaucoup trop grand et c’est tout bonnement impossible. Tu peux donc louer soit un scooter, soit un vélo. À ta guise !

Personnellement, je m’y suis rendue avec ma moto pour cette deuxième fois. On pourrait croire que j’ai payé une deuxième fois l’entrée mais absolument pas, car très peu de personnes le savent, mais Angkor devient gratuit à partir de 17h30 – 18h00. Plus besoin de montrer de billet à partir de cette heure-là. Et pour te raconter toute l’anecdote, je me rendais à un apéro chez un expat qui habite à 100 mètres de Angkor Wat. Oui, mon petit pote, un Frenchy a une maison à 100 mètres du temple emblématique de Angkor et a même les palmiers de Angkor Wat dans son jardin, haha, c’est fou.

Ayant mon propre véhicule, bien évidemment, après la soirée j’en ai profité pour me balader dans Angkor. C’était fou de découvrir quelques lieux emblématiques dans la pénombre et dans le calme le plus total, sans rien, ni personne. Un peu flippant à certains moments, je te l’accorde, mais avoir vu Angkor Wat dans la pénombre sans personne après l’avoir vu au lever du soleil presque seul 1 an auparavant, ça n’a pas de prix pour ce souvenir si majestueux.🥹

Angkor Wat est juste derrière, oui

Combien ça coute de visiter Angkor ?

Visiter les temples d’Angkor coûte une certaine somme pour le pays. Il y a 3 types de tickets :

  • Le billet valable pour une journée au prix de 37$.
  • Le billet valable pour 3 jours au prix de 62$.
  • Le billet valable pour 7 jours au prix de 72$.

Le système est assez bien fait étant donné que si tu prends le billet 3 jours, tu n’es pas obligé de t’y rendre pendant 3 jours consécutifs. Par exemple, si tu prends un billet qui expire le 13 juin et que tu arrives le 8 juin aux temples pour ton premier jour, tu as encore 2 jours jusqu’au 13 juin pour finir de découvrir Angkor. C’est pas mal, car je peux t’assurer que visiter des temples à gogo pendant plusieurs jours d’affilée, ça peut aussi être assez redondant. Sauf si tu es totalement passionné par cette période Khmer.

Mais du coup, lequel est le plus rentable ?

Excellente question Jamy. Personnellement, on avait eu un jour acheté, un jour gratuit. Néanmoins de base, on était dans une optique de prendre le billet 3 jours. 

Si tu veux mon avis, c’est possible avec le billet 1 jour, mais ça va être du sport. Un lever de soleil et un coucher de soleil sur Angkor, c’est inratable, donc tu pars sur une petite journée de 4h30 à 18h30. Sous 35°C minimum au plus haut de la journée, je peux t’assurer que ça va très vite te barber et que tu vas finir par moins profiter des temples.

Le top, c’est de faire un jour en coucher de soleil et un jour en lever de soleil, donc avec le billet 3 jours. Comme je te disais, tu peux vite faire une overdose de temples, c’est ce qu’il s’est passé pour nous le deuxième jour. On avait eu notre dose avec un réveil à 4h dans les pattes. C’est pour ça qu’il faut échelonner tes visites pour ne pas en avoir marre en enchaînant trop vite.

On achete ou les billets ?

Encore une fois, plusieurs solutions. Si tu es avec un guide ou en totale autonomie, tu iras à l’entrée principale pour prendre les tickets. Étant donné que c’était notre guide qui nous y avait emmenés la première fois et que la deuxième fois je suis rentrée en dehors des heures payantes et en plus avec des locaux, je ne peux absolument pas te dire où se trouve l’entrée… Tout ce que je peux te dire, c’est que c’est gigantesque. En pleine période touristique, tu vas attendre longtemps si tu n’as pas réservé en amont, et ce même si tu viens tôt. Je te conseille donc de te créer un compte (c’est rapide) sur le site officiel de Angkor Enterprise et de prendre ton billet sur internet pour gagner du temps.

En plus, en prenant sur Angkor Enterprise, tu verras aussi une case « Koh Ker Temple ». Ça tombe bien, c’est là-bas que je t’emmène dans les alentours de Siem Reap pour découvrir des temples incroyables en étant TOTALEMENT SEUL. 

Oui, je te le promets. On en parle plus tard. Yes, je fais un teaser.

Infos utiles

Voici le lien du site, très simple d’utilisation, rapide et efficace : Angkor Entreprise 

Cambodian cultural village

Vue aérienne du parc

Le Cambodian Cultural Village est un parc à thème et un musée culturel permettant d’en apprendre davantage sur les régions et les minorités du pays. Tu peux y trouver de nombreuses reproductions miniatures de nombreux édifices et structures du Cambodge.

Ça, c’est sur le papier. Malheureusement, entre-temps, le Covid est passé par là. Pendant la période où je m’y suis rendue la première fois, le parc était par ailleurs fermé, je n’ai donc pas pu le visiter. Depuis, le parc a réouvert mais montre certains signes de faiblesse. Il n’y a pour l’instant plus aucun spectacle, et les avis divergent sur le fait que le parc est dans un état d’abandon. Néanmoins, certains ont aimé leur visite. 

Je te propose tout de même d’y aller car ça peut être intéressant pour découvrir autre chose que les temples et pour en apprendre plus sur le pays. Le musée à l’intérieur est toujours fonctionnel et reste très intéressant d’après les retours que j’ai pu avoir.

Infos utiles

  • Le prix d’entrée du parc est de 5$, soit environ 4,5€. 
  • Depuis le Covid, le parc a changé de nom : Angkor Green Garden

War Museum Cambodia

Comme son nom l’indique, c’est un musée commémoratif sur la guerre civile du Cambodge avec de nombreuses armes et véhicules qui ont été utilisés. Encore une fois, je l’ai vu sous des airs d’urbex puisque le musée était totalement à l’abandon à la reprise du tourisme. Nous n’avons pas pu atteindre le cœur du musée mais juste l’entrée où nous avions d’ailleurs trouvé un petit carnet qui montre l’arrêt soudain des visites avec l’apparition du Covid fin février / début mars 2020.

Le musée est d’ailleurs à nouveau ouvert, mais attention, l’entrée est payante et beaucoup sont déçus du manque d’entretien depuis sa réouverture. On peut bien évidemment voir les véhicules, mais dans une ambiance d’abandon. Je dois t’avouer que c’est un peu le problème de quelques endroits depuis la réouverture touristique du Cambodge. Certains lieux sont à nouveau ouverts aux touristes mais l’entretien reste quasi inexistant alors que l’entrée est payante. C’est ce que j’ai pu remarquer pour certaines cascades du Mondol Kiri et du Rotanah Kiri.

Infos utiles

  • Le prix d’entrée du parc est de 5$, soit environ 4,5€. 
  • Ouvert tous les jours de 08h00 à 17h30. 

Pub Street

La classique rue de la soif que tu peux trouver partout en Asie du Sud-Est dès que c’est une destination touristique. Si tu en as déjà fait une, tu connais le principe. Si tu découvres, bienvenue en enfer hahah.

Le principe est simple : une rue, des dizaines de bars, des happy hours de partout. Tu finiras au moins une fois dans l’une de ces rues que tu aimes ou que tu n’aimes pas, au moins par curiosité !

Siem Reap Floating village

Voici une activité à prendre avec des pincettes en fonction de comment tu vas la faire. C’est une activité assez courante au Cambodge, donc en soi ce paragraphe marche pour le Siem Reap Floating Village mais aussi pour d’autres qui sont dans la région.

Souvent, c’est une activité que tu vas faire en tour organisé. On va venir te chercher en tuk-tuk, on va t’emmener sur place pour prendre un bateau et à partir de ce moment-là, tu peux clairement être pris pour un porte-monnaie ambulant : des sous pour le tuktuk, puis pour l’entrée du village, puis pour le bateau… Sans compter les activités qui des fois ne sont pas très éthiques (les fermes de crocodiles qu’on essaye d’éviter au maximum vu la maltraitance animale qui y règne). Bref, cela peut clairement être une arnaque pour les touristes, donc premier conseil : n’hésite surtout pas à regarder les avis sur Google si tu veux te rendre à un village flottant en tour organisé ! C’est le cas pour celui-ci : clairement, tu es pris pour un vrai touriste qui va donner des billets sans arrêt.

Personnellement, j’ai utilisé la méthode autonome : j’ai pris ma moto, je me suis rendue sur place (la route est d’ailleurs folle, tu es seul au monde sur des routes de terre à n’en plus finir) et te voilà aux alentours du village. À ce moment-là, tu peux demander à prendre un bateau (personnellement, j’y étais en saison sèche donc ce n’était pas le plus grand des intérêts), soit tu continues à te balader en solo le long du village. C’est clairement aussi bien, oui on va venir te voir pour te vendre une multitude de choses, mais tu auras plus de facilité à dire non plutôt que de te retrouver piégé dans certains tours organisés.

Attention, je ne dis pas que tous les tours sont des arnaques, mais il y en a quand même pas mal. Renseigne-toi avant si tu veux passer par un tour organisé qui ne veut pas que ton argent et qui fait découvrir des lieux authentiques et éthiques.

Cette vue presque gratuite

Infos utiles

  • À titre informatif, de ce que j’ai pu voir on te demande pas moins de 25$ pour un tour organisé dans ce village flottant. 
  • Pour me rendre au village, j’ai du passer un barrage ou tu te fais arrêter obligatoirement pour payer « l’entrée ». Je ne sais plus combien j’avais dépensé mais ça ne m’a pas marqué plus que ca alors ça ne devait pas être exorbitant haha. 

Que faire à Siem reap ?

Que faire dans les alentours de siem reap ?

On limite souvent Siem Reap aux temples d’Angkor, mais sache qu’il y a aussi des pépites beaucoup moins touristiques dans les alentours de la région. Et honnêtement, ça vaut le détour. Alors n’hésite pas à louer ton plus beau deux-roues pour découvrir la région de Siem Reap encore méconnue des touristes qui vaut son pesant de cacahuètes !

Koh Ker : la perle caché des temples d'Angkor

Si tu as lu jusqu’ici mon article (t’es la miff si c’est le cas), je t’ai vaguement parlé d’un endroit qui concurrençait Angkor sans la horde de touristes. Le voilà, je te présente Koh Ker. Ça a été ma dernière expérience de ma grande aventure à moto en Asie du Sud-Est. En plus d’être donc une étape qui compte pour moi d’un point de vue nostalgie, c’est aussi un endroit incroyable où tu vas découvrir la beauté des temples en étant absolument SO-LO !

Journal de bord : La dernière experience

Mardi 4 avril, 13h00 :

Têtue comme un bélier, je refuse de vendre la moto sans avoir passé la barre des 6000 km. Mes amis expats me conseillent donc un endroit que moins de voyageurs connaissent : les temples de Koh Ker. Depuis Siem Reap, il faut donc compter environ 2h30 pour s’y rendre, mais à 1H30 de ce dernier, il y a un temple assez connu pour ses conflits géopolitiques avec le pays voisin : la Thaïlande.

Du nom de Preah Vihear, ce temple est source de conflits, car pendant longtemps, le Cambodge et la Thaïlande ont proclamé que ce temple était sur leur territoire. Il ne m’en fallait pas plus pour vouloir aller voir de mes propres yeux ce temple. Puis bon, cela sous-entendait que j’allais presque jusqu’en Thaïlande avec ma briquette, et ça a été mon plus grand regret de ne pas pouvoir franchir la frontière avec cette moto. Disons que cela comblait un peu ce regret, haha.

Au cas où, oui, il est quasiment impossible de rentrer sur le sol thaïlandais avec une moto. Le véhicule doit être à ton nom, ce qui n’était pas mon cas, et il est assez coûteux et long de faire la carte grise de ton véhicule à ton nom en Asie du Sud-Est. Surtout quand tu es un touriste qui ne reste qu’un mois, c’est impossible.

Bref, je pars donc à la conquête de Koh Ker et de Preah Vihear. Ça fait presque une semaine que je suis à Siem Reap chez mes amis, que j’ai une routine « d’expat », et j’ai aussi envie de me retrouver seule pour faire un dernier point sur tout ce que je viens de vivre depuis ces derniers mois.

2h30 de route plus tard, j’arrive dans le petit village le plus proche des temples de Koh Ker. Encore une fois, je suis absolument la seule blanche du village, il n’y a aucun resto le soir, même le plus simpliste. Je dois donc me procurer des courses dans une supérette chez un habitant. Beau signe du destin de terminer dans un endroit le plus éloigné des backpackers d’Asie, comme une belle façon de dire au revoir à cette aventure hors norme.

Étant arrivée vers les 17h, j’ai tout de même envie d’aller voir les temples. Comme à Angkor, je me rends compte que c’est gratuit à la fin de la journée. Il n’y a absolument personne devant les temples, et pour cause, un orage gronde non loin de là. Ça rend une ambiance encore plus folle. Je ne pouvais rêver mieux comme fin de voyage : l’immensité des temples khmers seule, imposants, face à moi avec en fond un orage grandissant. Une ambiance, mon petit pote, j’étais incapable de rentrer alors que je savais que j’allais me prendre une énorme sauce sur la moto si je restais là. 

Bref, je décide tout de même de rentrer après un moment dans l’entre des temples. Une course contre la montre de la météo qui a été mon pire ennemie de cette aventure. Encore une fois, j’y vois un signe. Un signe de me battre contre la pluie, ce qu’on a longtemps fait au Vietnam avec mon binôme. La nostalgie est bel et bien présente lors de ces derniers moments, ça ne fait aucun doute.

Mercredi 5 avril et jeudi 6 avril :

La première journée (d’un point de vue organisation), se passe donc sur la visite du temple de Preah Vihear. Une journée synonyme de route, beaucoup de route pour l’atteindre puisqu’il se trouve à 1h30 de Koh Ker, sous une chaleur ardente. Ce qui sous-entend aussi un retour dans la journée juste pour une visite d’un temple qui va durer 30 minutes. Je suis clairement dans la recherche de rouler le plus possible avant que tout s’arrête. Je pense que je n’en ai pas conscience sur le moment, mais avec le recul, c’est flagrant haha. Je roule, encore et encore, je me souviens même en avoir marre, mais je suis incapable de m’arrêter, car je suis sur le point de bientôt perdre cette sensation si forte que j’ai depuis 3 mois.

J’arrive à Preah Vihear, un temple connu pour ses conflits géopolitiques entre les deux pays, mais qui fait officiellement partie du Cambodge. C’est grand, en hauteur, avec une vue sur la Thaïlande. Ce dernier est un pays que j’affectionne particulièrement. Oui, la Thaïlande est touristique, mais c’est tellement grand qu’il y a des milliers de choses à faire et que ça ne se résume pas qu’à Phuket ou à la Full Moon Party. Dans quelques jours, je serai dans ce pays pour prendre mon avion en direction de la France. La sensation est bizarre.

Il est temps de reprendre la route, en direction de mon petit village. J’en profite pour manger dans un restaurant en bord de route étant donné que je n’ai pas pu manger la veille et qu’il n’y a vraiment pas grand-chose de proche de mon hébergement. Immersion totale on a dit haha.

Preah Vihear

La deuxième journée a donc été axée sur la visite des temples de Koh Ker. J’ai clairement l’impression d’être Indiana Jones, perdue dans la jungle cambodgienne au beau milieu de temples plus fous les uns que les autres. Je vais être honnête, sur les temples les plus « connus », oui il y a un peu de monde, mais rien comparé à Angkor. Il y a aussi un temple incontournable qui donne des airs aux temples mayas. C’est différent de Angkor, et qu’est-ce qu’on aime ! Encore une fois, cette sensation de liberté entre les différents temples en empruntant les chemins pour aller les explorer est dingue. Pour rien au monde j’aurais découvert Koh Ker différemment.

Il est déjà le milieu de l’après-midi, et il est temps de reprendre la route en direction de Siem Reap. Cette fois-ci, c’est le dernier. Le dernier de trois mois d’aventure. Trois heures pour profiter une dernière fois de cette liberté, de cette chaleur ardente, de ces paysages, de ces lignes droites interminables, des rencontres sur le bord de la route… Ce moment tant redouté est désormais sur l’instant T. L’émotion est présente, c’est indéniable, mais je sais aussi que je n’aurais pas pu faire mieux. Aucun regret, aucun remords, cette aventure a été à 200%. C’était tout bonnement impossible de rêver mieux. Toute chose se termine un jour, et aujourd’hui c’est le cas de cette expérience. Néanmoins, malgré la tristesse, j’en garde que du positif.

Impossible de faire ça à Angkor

Retour à Siem Reap. Ma moto va désormais changer de propriétaire et va être officiellement à mes amis qui vivent au Cambodge. Même la fin est belle, elle va rester au Cambodge, avec des gens que je connais. C’est bête, mais sur le moment ça me fait du bien de savoir où est mon bolide et avec qui haha.

Je préfère mille fois ça que de l’avoir vendu à un inconnu. On convient même d’un accord commun, si un jour je reviens au Cambodge (pas dans 10 ans non plus haha), je rachèterai la moto. Il y aura peut-être une saison 2 de cette aventure à moto, le futur nous le dira !

C’est ainsi que se termine cette expérience humaine, riche, folle, difficile, mais avant tout grandiose qui m’a permis de découvrir une deuxième fois l’Asie. Une Asie loin du tourisme de masse, loin du tourisme tout court. Authentique, naturelle et spontanée. C’est sans oublier que c’était la plus belle des manières de finir ce road trip asiatique qui a commencé en 2020 mais qui a été stoppé par le covid et des soucis personnels en 2022. J’ai attendu longtemps avant de terminer ce road trip, beaucoup de frustration, de tristesse sur mes deux retours anticipés non prévus, mais finir de la sorte était la plus belle chose qui pouvait m’arriver. Comme quoi, il ne faut jamais abandonner ses idées. Certes, c’est très cliché comme phrase, mais c’est réel. 

Merci l’Asie pour ce que tu m’as apporté et tout ce que tu continues de m’apporter, car les challenges sur ce continent sont loin d’être terminés !

Comment explorer Koh Ker ?

Si tu as lu mon journal de bord, tu connais ma réponse. Néanmoins je sais aussi que beaucoup n’ont pas forcément envie de louer de scooter. Tu peux donc aussi très bien demander à un chauffeur de t’emmener jusqu’à Koh Ker. Cette façon représente aussi de nombreux avantages, les mêmes que ceux que j’ai énoncés sur les temples d’Angkor. 

L’aller-retour se fait sur la journée. J’avais rencontré des Français qui avaient fait ça depuis Siem Reap. Tu sors un peu des sentiers battus, loin de la foule, que demander de plus ? Au cas où, c’est totalement suffisant de découvrir les temples de Koh Ker en une journée. Contrairement à Angkor, c’est à taille humaine, ce qui apporte aussi quelque chose en plus. C’est assez agréable de pouvoir tout faire sans courir.

Malheureusement pour les prix avec un chauffeur je ne pourrais pas te dire, mais demande conseil à ton hébergement. Ils connaissent forcément quelqu’un qui peut t’emmener là-bas.

Combien coute l'entrée de
Koh Ker ?

L’entrée pour visiter les temples de Koh Ker est de 15$. Il y a deux moyens de l’acheter : 

  • Le premier est de se rendre à l’entrée (ce que j’ai fait) et d’acheter directement son billet sur place. Autant pour Angkor je te conseille de prendre en ligne pour gagner du temps, autant pour celui-ci, il n’y a pas grand monde. Tu ne vas pas perdre beaucoup de temps à l’accueil pour prendre tes tickets.
  • Sinon, tu peux toujours prendre tes tickets sur le site de Angkor entreprise, c’est exactement le même site que pour Angkor ! C’est rapide, un site très bien fait, bref de l’efficacité pure et dure.

Infos utiles

Voici le lien du site, très simple d’utilisation, rapide et efficace : Angkor Entreprise 

Preah Vihear

La Thailande au loin

Preah Vihear est un temple assez réputé pour son histoire assez conflictuelle. Le temple se trouve à la frontière naturelle entre le Cambodge et la Thaïlande, ce qui a provoqué quelques tensions entre les deux pays pour savoir à qui il « appartenait ».

Pour une petite histoire rapide, c’est en 1904 que les deux pays ont signé un traité accordant au Cambodge le droit d’occuper le temple. Néanmoins, suite à ce traité, le gouvernement thaïlandais a réussi à le contester pour s’en emparer. À partir de là, il y a eu plusieurs manifestations par les Cambodgiens pour récupérer le temple. C’est en 1962 que la Cour Internationale de Justice de La Haye a finalement décidé que le temple appartenait définitivement au Cambodge.

Infos utiles

  • Le temple est ouvert tous les jours de 08h30 à 16h30. 
  • L’entrée est de 10$ par personne, soit environ 9,5€. 

Phnom Krom

Le fameux

Ce temple est situé à une trentaine de minutes du centre-ville de Siem Reap. L’atout principal de cet endroit est la vue à 360° sur la région et sur le fameux lac Tonlé Sap. C’est aussi un endroit peu touristique, et pour encore plus de tranquillité je te conseille de t’y rendre en fin de journée pour profiter du coucher de soleil. Comme tu peux le remarquer sur la photo, ça a été une franche réussite.

Le lieu est réputé pour être un endroit calme et agréable, avec différents petits marchés le long de la route pour y accéder.

Infos utiles

  • Le temple est ouvert tous les jours de 07h30 à 17h30. 
  • Le lieu est gratuit. 

Tonle Sap Lane Floating Village

Tonle Sap est le plus grand lac d’eau douce d’Asie du Sud-Est. Tu peux y trouver les mêmes activités que sur n’importe quel village flottant, c’est-à-dire principalement des balades en pirogue mais aussi des visites de marchés locaux.

Celui-ci est un peu moins touristique que celui que je t’ai présenté au-dessus, la tendance est moins à l’arnaque avec des prix plus réels. N’hésite pas à demander des conseils auprès de ton hébergement pour t’y rendre avec un tour organisé ou un guide privé.

Kulen Waterfall

Personnellement, c’est une activité que je n’ai pas réalisée, mais on me l’avait conseillée ! Elle est assez loin, c’est aussi pour ça que je ne m’y suis pas rendue. Tu peux compter à peu près 1h30 depuis le centre de Siem Reap. Privilégie la saison humide pour observer une cascade plus impressionnante.

Non loin de ce lieu rempli de nature, tu peux trouver un temple : Peung Kom Nuo.

Je t’avoue ne pas savoir ce que ça donne, mais quitte à être dans le coin, autant faire le tour des alentours avant de ranger Siem Reap.

Que faire à Siem reap ?

Ou se loger à siem reap ?

Bou Phanith villa

Un logement qui se trouve proche de tous les centres d’intérêt de l’hypercentre de Siem Reap ! Une fois dans cet hôtel, tu peux désormais tout faire à pied, ce qui est le gros avantage de ce logement ! Pas loin de Pub Street mais aussi des différents marchés locaux, ce lieu est à privilégier si tu veux vivre au rythme de la ville. Concernant l’hôtel en lui-même, la chambre est grande, propre et climatisée. Que demander de plus ?

Petit tips, l’hébergement n’a pas de piscine. Cependant, juste en face, il y a un hôtel avec piscine. Tu peux demander à accéder à la piscine à condition de prendre un smoothie. C’est moins cher, pratique, efficace et rafraîchissant sous les grosses chaleurs de Siem Reap!

Infos utiles

  • Le prix de la chambre lits jumeaux supérieure à été de 40$ au total pour 4 nuits, ce qui vaut à 5€ par personne pour une nuit. 
  • Pas de piscine, mais possible de se rendre à l’hôtel en face en commandant un snack ou une boisson. 

Que faire à Siem reap ?

Comment se déplacer à siem reap ?

A pied

Pour te déplacer dans le centre-ville, tu peux facilement opter pour la marche à pied. Tout est accessible pour découvrir les lieux les plus touristiques, mais tu vas très vite être limité. Les hauts lieux importants de Siem Reap et de la région sont assez excentrés du centre, tu ne peux pas les rejoindre à pied. Honnêtement, visiter Siem Reap sans découvrir l’extérieur de la ville et ses alentours est une terrible erreur. On va de suite voir comment tu peux découvrir ces différents endroits de façon autonome ou non.

A moto / scooter ou avec un driver

Comme très souvent, le meilleur moyen de découvrir les activités phares d’un endroit est d’avoir ou de louer un moyen de locomotion. Si tu es à l’aise avec la conduite asiatique, le plus simple est de louer son propre véhicule. Il est très facile de louer un scooter à Siem Reap, il y a des loueurs un peu partout en ville, sinon tu peux directement demander à ton hébergement. Exactement la même chose pour les vélos.

Si tu n’es pas assez à l’aise pour conduire toi-même, tu peux demander l’aide d’un chauffeur. Ce qui est pratique avec un chauffeur, c’est qu’il connaît très bien sa région et peut te faire découvrir des endroits un peu moins touristiques (même si bon, soyons honnêtes, Angkor va primer sur les visites) et assez authentiques.

Infos utiles

  • Le prix de la location de scooter est de environ 8$ par jour. 
  • La location de vélo est de environ 4$ la journée. 
  • Avec un guide, la journée peut te revenir au minimum à 10€ par jour en étant solo. 

Que faire à Siem reap ?

Comment venir à siem reap ?

Depuis le Cambodge

Etant l’une des villes les plus touristiques du pays, voire la plus touristique, et ce même devant Phnom Penh, Siem Reap est très facilement accessible. Tu peux rejoindre la ville depuis quasiment toutes les autres villes du pays. La ville a même son propre aéroport international, c’est pour dire.

Pour trouver comment rejoindre Siem Reap, il te suffit donc de regarder des vols si tu es en France. Sinon, il te suffit simplement de regarder sur le comparateur de 12GoAsia pour un transport interne.

Infos utiles

  • Les villes principales pour rejoindre Siem Reap sont :
    • Phnom Penh pour environ 13€.
    • Battambang pour environ 10€.
    • Sihanoukville (pour partir sur les iles) pour environ à partir de 15€.
    • Kampot pour environ 20€. 

Depuis la Thailande

Une fois avoir vendu ma moto, je terminais mon trip en Thaïlande et plus précisément jusqu’à Bangkok pour prendre mon avion avant de rentrer en France. Je suis donc passée par 12Go Asia pour réserver un van entre les deux villes. Le passage entre les deux frontières est rapide, où j’ai même eu le droit à une petite arnaque en donnant 2$ en plus. Ce n’est pas tout le temps, mais personnellement je suis tombée sur un douanier qui a tenté sa chance.

Tu peux aussi rejoindre Siem Reap via la ville de Pattaya.

Infos utiles

  • Un minivan entre Bangkok et Siem Reap met environ 8h30 avec un prix avoisinant les 40€. 
  • Un minivan de Pattaya à Siem Reap met environ 3h avec un prix avoisinant les 5€. 

Depuis le laos

Il est aussi possible de rejoindre Siem Reap en liaison directe avec des minivans qui partent du sud du Laos, des 4000 îles plus précisément, mais aussi de Paksé, une ville au nord de Don Det (les 4000 îles).

Tu peux aussi venir depuis la capitale du Laos, Vientiane, qui se trouve dans le centre du pays. Dans ce cas-là, bon courage, tu pars pour plus d’une journée de van hahaha.

Infos utiles

  • Un minivan entre les 4000 îles et Siem Reap met environ 10h00 avec un prix avoisinant les 40€. 
  • Un minivan de Paksé à Siem Reap met environ 10h avec un prix avoisinant les 45€. 
  • Un bus ou minivan de Vientiane à Siem Reap met  24h minimum avec un prix avoisinant les 80€.

Que faire à Siem reap ?

Combien de temps à siem reap ?

Le strict minimum pour rester à Siem Reap est 3 jours. Tu vas déjà passer 2 jours à découvrir les temples d’Angkor si tu prends le pass 3 jours, et une dernière journée pour découvrir la ville de Siem Reap et ce qu’il y a en dehors de la ville. Car oui, il n’y a pas que les temples d’Angkor à Siem Reap !

Après, si tu veux vraiment découvrir la région avec les endroits assez éloignés (Koh Ker, Preah Vihear) et bien d’autres temples, je pense que tu peux y rester facilement une petite semaine. Mais bon, je te l’accorde, pour ça il faut avoir assez de temps ou être déjà venu au Cambodge pour peaufiner son temps dans cette région.

Le mot de la fin

Siem Reap est donc un incontournable lors de ton passage au Cambodge. Étant proche des temples d’Angkor, la ville fait partie des lieux immanquables dans le pays. Et honnêtement, c’est en voyant la beauté de Angkor qu’on ne peut que le comprendre.

Néanmoins, Siem Reap ne se limite pas qu’à ça même si cela lui apporte une grosse plus-value. Découvrir Siem Reap, c’est aussi découvrir ses alentours et ses trésors cachés !

Si tu as d’autres questions, n’hésite surtout pas à me les poser en commentaires ou via mes réseaux sociaux. C’est toujours un plaisir de partager entre voyageurs en Asie.

Enfin, tu peux laisser un petit vote ou recommander cet article ou ce blog, ça fait toujours plaisir !

À la prochaine,

Cass 🤙🏽

Visiter Ubud

Les autres articles sur bali 👇🏽 

Post a Comment