Que faire à Hoi An ? | Guide Pratique Vietnam

Road Trip au Vietnam

Visiter Hoi An : une ville haute en couleurs

La ville de Hoi An, située dans le centre du Vietnam, est un endroit plein de charme et de couleurs une fois la nuit tombée. Cette petite ville, peuplée de 130 000 habitants, est le coup de cœur de nombreux voyageurs et figure même sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Sa vieille ville et sa célèbre balade nocturne ornée de lampions en font l’atout principal pour tomber sous le charme de cette ville pittoresque.

Guide pratique pour visiter Hoi An !

Infos utiles

Avant toute chose, si tu viens de tomber par hasard sur mon article, sache que celui-ci va être sous forme de guide, mais pas seulement. En parallèle je t’explique l’histoire de ce road trip. J’ai réalisé le Vietnam à moto, et je trouve ça intéressant d’écrire et de te partager mon expérience, mais aussi mes ressentis, qu’ils soient bons ou mauvais. 

Actuellement sur les réseaux on voit que la beauté des voyages, que la belle vie. Oui c’est en grande partie ça, mais il y a aussi des galères, du stress, des difficultés rencontrées, et je t’expose tout ça pour te montrer une autre partie que l’on ne trouve pas forcément sur Instagram. Attention elle est pas forcément moins belle, mais elle est cependant d’autant plus forte, et c’est ce qui rend intéressant les voyages. 

Bref, si tu veux en savoir plus, l’histoire commence ici. 

Que faire à Hoi An ? 

Du paradis à l'enfer en 4 jours

Journal de bord : 4 jours de route et un moral mis à rude épreuve

Jour 1 : De Mui Né à Nha Trang, une belle réussite

Lundi 23 janvier, 07h00. 

Ça y est, il est temps de prendre la route pour un peu moins de 800 km pour partir découvrir Hoi An. Bien évidemment c’est impossible de rejoindre cette dernière en une journée, on le fera donc en 3 jours.

La première étape est aujourd’hui, direction Nha Trang. Une ville à l’ambiance américaine un peu too much à mes yeux, mais ça je t’en parle plus tard.
Reprenons. Dernier petit-déjeuner à Mui Né chez notre Mexicaine favorite avec notre appréhension habituelle.
Comme d’habitude on se fait un petit briefing, comme une manière de se rassurer je suppose : « On ne se fout pas la pression, dès qu’on veut s’arrêter, on s’arrête. Si on doit le faire en 7h, on le fera en 7h. »

La durée totale de route est de 05h00. 255 km à tomber.

Trajet jour 1
Tchao Mui Né 🫡

Les sacs sont installés sur les briquettes, il fait beau et chaud, adieu les vacances. Il est temps de partir vers de nouvelles aventures.

La route est magnifique. On passe devant les dunes blanches, l’une des activités incontournables de Mui Né. Malheureusement on n’a pas le temps de s’y arrêter, on est trop préoccupée par notre journée qui nous attend. On fait une première pause au bout d’une grosse heure de route. 

En descendant de ma briquette, je me brule le mollet avec le pot d’échappement. Je le souligne car ça sera le premier d’une très longue série. Alors cette fois-là on fait gaffe à ma brûlure, mais lors des futurs « accidents » de ce style on va se mettre à en rigoler plus qu’autre chose face à mon manque d’attention.
En faite,
ça sera même le seul et unique incident de la journée, autrement dit tout s’est très bien passé. La route était top, les paysages magnifiques, une météo clémente, bref on ne pouvait pas rêver mieux pour cette première étape. D’autant plus qu’on l’a fait en 5 heures, comme ce qui était annoncé.

La circulation à Nha Trang un bonheur
Fried rice, un classique

Après je ne te cache pas qu’on arrive à Nha Trang avec une fatigue mentale énorme. Garder cette concentration intense pendant 5h c’est quelque chose que j’avais sous-estimé en imaginant cette aventure à moto. On arrive donc à l’hôtel épuisée, et en ayant marre de conduire, mais le sourire aux lèvres. On se tcheck même à l’arrivée pour se féliciter. Une manière de s’encourager pour la suite tout en se soutenant.

La fin de journée sera tranquille. Un fried rice au prix exorbitant pour le pays, et une Big Saigon de la récup comme on l’appelle (la bière locale) avant d’aller se coucher pour le jour numéro 2.

Infos utiles sur Nha Trang

L’avis que je vais donner sur cette ville est à prendre avec des pincettes étant donné qu’on y a passée qu’une seule soirée. C’est beaucoup trop peu pour donner un avis définitif, mais ma première impression n’a pas été bonne. Une ville en bord de mer too much, sans trop de charme et surtout énormément touristique. Prisée par les touristes russes, tu es un peu un porte-monnaie sur pattes… 

Cependant c’est une ville qui bouge énormément. Le soir, c’est très dynamique sur le bord de plage avec beaucoup de monde que ce soit sur les routes (bon courage pour traverser) ou sur les trottoirs et les alentours. Si tu aimes la foule et le côté un peu « Miami », cette ville devrait te plaire. Voici quelques activités à découvrir dans la ville si tu veux y passer plusieurs jours : 

– Faire une excursion en bateau. 

– Explorer les fonds marins.

– Le parc national de Nui Chua.

– Découvrir la Pagode Long Son et la tour de Cham Po Nagar. 

– Se détendre sur ses belles plages. 

– Visiter le musée océanographique national. 

Plus d’infos sur cette page la ou j’ai pu prendre différentes idées

Notre hôtel étape était « le summer hotel », un hôtel assez propre et plus « luxueux » que ce qu’on avait pris jusqu’à maintenant. On a privilégié de meilleurs hôtels lors des journées de route pour se reposer un minimum. 

Cependant ce dernier avait fortement subi les conséquences du Covid 19, et on sentait qu’il n’avait pas réouvert depuis longtemps (petit déjeuner buffet pas disponible, le bar de la piscine fermée). Néanmoins, avec la reprise totale du tourisme actuelle, cet hôtel doit être assez agréable avec toutes ses infrastructures en marche. 

Jour 2 : De Nha Trang à Quy Nhon , la descente aux enfers

Mardi 24 janvier, 08h00.

Même schéma que la veille. Petit déjeuner à l’hôtel (malgré l’absence du buffet) puis on enfile les sacs sur les briquettes. Le téléphone installé sur la moto, le GPS annonce 4h30 de route pour 249 km. Nombre de km similaire à l’étape numéro 1, on se dit que la journée risque d’être à peu près la même, mais on reste tout de même sur nos gardes. Prudence est mère de sureté comme on dit.
Le ciel est voilé, mais pas de pluie pour le départ. La première heure se passe tranquillement et le ciel se couvre de plus en plus. On se prend 2/3 gouttelettes de temps à autre, mais c’est largement supportable pour continuer à rouler.
Néanmoins, plus le temps avance, plus la pluie s’intensifie. Là je dois t’avouer que ça devient de plus en plus compliqué pour rouler. La visibilité est réduite, on se prend comme des petits coups d’aiguilles avec la pluie qui vient s’écraser contre nous et bordel, il fait froid. 

On décide de s’arrêter au bout d’un certain temps, un peu agacée de conduire sous cette pluie qui ne cesse pas. On prend donc un café chez une famille en face d’une station-service, espérant naïvement que la pluie va s’arrêter. Les minutes passent et rien ne se calme, au contraire cela s’intensifie de temps à autre. On comprend vite qu’il va falloir reprendre la route sous la pluie si on veut atteindre notre destination avant la nuit. 

Avec une appréhension grandissante, on redémarre les motos. Il n’y a pas le choix de toute façon.

Le barrage de policE

On roule toujours sous la pluie. On n’apprécie absolument pas ce moment, mais c’est comme ça. Néanmoins plus on avance plus la situation devient curieuse. Il y a de moins en moins de deux roues sur la route, seulement des voitures et des camions. Ce n’est pas normal.
Au bout d’un certain temps, un policier sur le bord de route nous fait des grands signes, indiquant surement de nous arrêter.
Se faire arnaquer par les policiers en Asie est une pratique courante. Des fois c’est justifié, des fois ça ne l’est pas. J’en ai vécu l’amère expérience à Ubud (Bali), ils arrêtaient tous les touristes et trouvaient forcément quelque chose qui n’allait pas pour te soutirer de l’argent.
Cependant cette fois-ci je ne compte pas me faire avoir et… Je trace ma route en passant devant le policier qui ne comprend absolument pas ce qu’il se passe et pourquoi je ne me suis pas arrêtée. 😅
Mais bien évidemment, le karma te rattrape toujours mon petit pote. À peine quelques minutes plus tard, 3 policiers sont au milieu de la route avec un barrage installé. Impossible de les snober cette fois-ci, un pic de stress monte en moi.
On s’arrête sur le côté, ils sautent presque littéralement sur chacune de nos briquettes en nous prenant directement les clés.

 « Ok la on est dans la merde mdr », 

me dis-je dans ma tête. Ils font un peu les cowboys, mais j’ai envie de te dire légitime. On ne s’est pas arrêtée auprès de leur collègue juste avant, on est 100% en tort. Enfin, je ne me suis pas arrêtée et Lau a suivi sans avoir trop le choix haha.
Attends qu’ils sachent qu’on n’a pas le permis en plus 🤣
Je me dis que l’amende va être salée et que ça va piquer sévère. Ils nous demandent ce qu’on fout la, qu’on n’a pas a être ici et que c’est une route pour camions et voiture car on s’apprête à rentrer dans un tunnel. Bref on se prend une mini brasse.

Petit tips d’une backpackeuse qui commence à être expérimentée en Asie : joue le ou la touriste bête. Ça marche toujours mieux que le touriste pseudo rebelle. N’oublie jamais que tu n’es pas chez toi. 
Bon en même temps sur ce coup on a pas trop a jouer le rôle du touriste bête, on n’était vraiment pas au courant que les motos n’avaient pas le droit d’être la 😅
Après une discussion un peu lunaire car l’anglais est très approximatif, voilà qu’
ils nous ouvrent une sorte de grille pour quitter la route. Le chemin c’est un chemin de moto-cross. On n’y croit absolument pas qu’on doit passer par là. Bah si apparemment.
Bon le point positif c’est qu’on n’a pas d’amende, mais le point négatif c’est qu’
on doit prendre un chemin boueux sous la pluie et on ne comprend absolument pas ou il va nous mener 😂

Une belle rencontre dans la galère

Nous voilà donc parties (sous le rire des policiers, la situation est cocasse pour eux). On s’arrête un peu plus loin, on en rigole en n’ayant absolument rien compris à ce qu’il vient de se passer. Je tente de remettre le GPS (avec maps.me, on n’a pas de carte sim internet) et nous voilà reparties à l’aveugle dans des chemins remplis de flaques énormes. Les briquettes deviennent waterproof malgré elles.

On est dans un village perdu au milieu de nulle part, le GPS ne marche pas, mais voilà que notre ange gardien arrive. Un local en scoot nous ayant repérés. Il a un sac en plastique dans sa main gauche, surement sa nourriture pour le midi. 

On comprend qu’il veut qu’on le suive « c’est quoi cette affaire encore 😂 » me dis-je une nouvelle fois dans ma tête. Sauf qu’on est en Asie, et en Asie, les belles rencontres se font dans les endroits les plus incongrus. En faite, ce vietnamien nous a ouvert la route pour qu’on puisse reprendre le bon chemin. Il nous demande par motos interposées « Ho Chi Minh or Hanoi ? » On répond Hanoi. On le suit pendant quelques minutes jusqu’à ce qu’il s’arrête en nous montrant la suite du chemin avec son plus beau sourire.

Bordel quelle mini claque encore une fois ! C’est ça l’intensité de cette aventure à moto. D’une minute à l’autre tu peux te retrouver dans une galère pas possible avec ce barrage, sous la pluie et dans le froid, puis juste après tu fais une rencontre géniale avec ce type qui nous aide alors qu’on ne lui a absolument rien demandé. Je peux t’assurer que vu la galère qu’on subissait depuis le départ, ce local fait un bien fou à notre mental beaucoup trop fébrile à ce moment-là.

La peur reprend le dessus

La route continue, et comme si la météo ne suffisait pas, la conduite devient de plus en plus dangereuse.
Que ce soit les camions ou les voitures (oui malgré l’autre route il y en a sur notre trajet), sur les grandes lignes droites du Vietnam ils roulent vite, genre très vite. Ils sont plus gros que toi, et c’est à toi de te faire tout petit. Ils passent à vive allure à côté de toi, surtout les camions. Leur façon de conduire est simple : ils arrivent à fond et te klaxonnent pour que tu restes bien sur ton côté, sans ralentir. Ils passent des fois tellement près que ça déséquilibre ta moto. La peur remplace l’appréhension. Il n’y a plus aucun plaisir, on avance avec la peur au ventre. Peur de glisser sur cette route mouillée, peur de se faire faucher par une voiture qui passe trop près. La situation nous dépasse totalement et la première grosse remise en question vient me frapper de plein fouet « pourquoi j’ai voulu faire ça ? Pourquoi se mettre en danger « inutilement » de cette façon ? »
Ça en est trop. Les km descendent de manière beaucoup trop lente. On décide de s’arrêter dans un resto sur le bord de route. On ne sait pas ce qu’on va manger, personne ne parle anglais, mais on s’assoit quand même. Il faut une pause pour se « reposer » un peu.
On parle, surement une manière d’extérioriser toutes les difficultés qu’on rencontre depuis ce matin tout en mangeant une soupe de nouilles avec des bouts de viandes non identifiés. Je crois qu’on ne préfère pas savoir ce que c’est d’ailleurs. Honnêtement ce n’est pas bon, mais ça nous réchauffe un peu avec nos affaires toutes mouillées qui nous collent à la peau.

On n’a pas envie de repartir avec cette boule dans le ventre, mais on n’a pas le choix. On est seules avec nos briquettes perdues dans le Vietnam. On a choisi ce mode de transport, alors on assume, on ferme notre gueule et on avance en essayant de trouver un semblant de mental pour arriver à notre ville étape. Heureusement, on se soutient mutuellement. Et ça, c’est notre plus grosse force.

Appétissant hein ?
Le 1 VS 1 contre le vent

La route reprend, la pluie se calme un peu, mais le vent prend le relai. Honnêtement entre la pluie et le vent je ne sais pas ce que je préfère. Ces rafales qui font bouger la moto sont insupportables et encore une fois on est totalement crispée sur le guidon avec une peur terrible de perdre l’équilibre en se prenant une rafale trop forte. On prend des routes de montagnes, l’océan est sur notre droite, le paysage est magnifique. Mais bordel ce vent nous en met en danger sans arrêt. Il est tellement puissant qu’à un moment je suis littéralement bloquée dans une épingle de virage. Je suis prise dans une sorte de courant d’air ou je n’ai pas d’autres choix que de m’arrêter, de tenir le guidon de toutes mes forces pour éviter que la moto tombe tout en attendant que la rafale s’arrête. Je subis complet en ayant aucun pouvoir sur la situation. Ou je suis placée, si un camion arrive pleine balle tu peux être sur qu’il fait un strike parfait sur briquette et moi 😂
Lau est aussi bloquée quelques mètres avant.
Ça y est, j’ai pu repartir de ce virage de l’angoisse.
Je ne fais que fixer mon rétro gauche, attendant de voir Lau arriver. Quelques secondes passent et c’est bon, elle arrive. Quel soulagement ! Bordel que j’ai eu peur. Peur pour Lau, peur pour moi. Je veux juste arriver, ça en est trop.

L'arrivée à Quy Nhon (enfin)

On fait un dernier arrêt pour une pause pipi. Il doit rester approximativement 40 min de route et nous sommes désormais face à une course contre la montre pour arriver avant la nuit. Les phares de nos briquettes ne sont pas des machines de guerre, on ne voit pas grand-chose avec. Hop un stress supplémentaire, comme si la journée n’avait pas été suffisante. 😂
Je suis HS. C’est plus Lau qui tient le moral pour deux, personnellement je n’y arrive plus. Elle trouve les mots justes avant de repartir. Dans tous les cas, on n’a pas le choix. On doit avancer.
Ça y est, sous une nuit grandissante, on voit enfin Quy Nhon, comme un oasis au beau milieu du désert (plutôt humide ce désert). Notre hôtel est un peu en extérieur de la ville. La fin de la route semble interminable (comme la journée tu me diras, mais en ++), on traverse le centre, ce bordel géant sur les routes. On traverse deux ponts, se battant encore une fois contre le vent, mais cette fois-ci on n’a pas besoin de s’arrêter. L’hôtel est plus qu’à quelques minutes désormais. Il fait nuit noire, mais on arrive ENFIN. Et honnêtement sur le moment je pense aussi qu’on est en vie mdr. 6h30 de route pour 249 km. Qui dit mieux ?
On gare les motos, on fait le check in. Complètement assommée de la journée qu’on vient de passer, mais tellement soulagée d’y être arrivée. On rigole de toutes les merdes qu’on a eues, un rire surement nerveux tu me diras. Ni une ni deux on ouvre les canettes de bière qu’il y a dans le mini bar et on trinque à « cette journée de l’enfer ». 

La pluie a repris de plus belle et c’est littéralement une tempête dehors, mais on s’en fout, on est désormais en sécurité. Le reste de la soirée sera encore plus calme que la veille. Hors de question de reprendre les motos. On se fera livrer food panda.
Dommage la ville avait l’air sympa, mais la fatigue est trop forte.

Infos utiles sur Quy Nhon

Comme Nha Trang, mon avis est à prendre avec des pincettes étant donné que j’y suis juste passée à moto en fin de journée. Cependant, elle m’a donné meilleure impression que la première ville étape! Si c’était à choisir, je privilégierais celle-ci. C’est une grande ville en bord de mer comme Nha Trang, mais avec une ambiance beaucoup moins too much. J’avoue que j’ai été un peu frustrée de ne pas pouvoir rester plus pour en découvrir davantage. 

Si ça t’intéresse, voici quelques activités à réaliser sur Quy Nhon : 

– Découvrir le temple Can et la tour de Banh It. 

– La citadelle de Vijaya. 

– La pagode de Long Khanh. 

– Musée Binh Dinh. 

– Village pêcheur de Nonh Ly. 

– Plage de Ky Co + les paysages de Eo Gio. 

– Ile de Hon Kho. 

Plus d’infos sur cette page si la ville t’intéresse et que tu veux y faire un step.

Notre hôtel était « The Villa Hieu Hy ». Un hôtel excentré en ville à l’ambiance pavillonnaire. C’était clean et assez propre, mais les chambres sont assez mal insonorisées. Tu ne pourras pas rejoindre le centre à pied, alors pour faire des économies, privilégies peut-être un hôtel dans le centre. Sauf si tu as un moyen de locomotion. 

Jour 3 : De Quy Nhon à Quang Ngai , encore de la pluie

Mercredi 25 janvier, 8h00. 

New Day, nouvelle journée de route. Initialement, on devait arriver à Hoi An le soir. Quy Nhon – Hoi An c’est 300 km pour 6h de route d’après google maps. Autrement dit, c’est censé être notre plus grosse journée. Vu les péripéties de la veille, tu te doutes bien qu’on a modifié nos plans car c’est très simple, on ne va pas y arriver. À un moment donné il faut être lucide sur la situation vu notre fatigue mentale et physique 😂

On n’est pas sur une course, alors on retarde l’arrivée d’un jour sur Hoi An. Ce soir on fait une nouvelle ville étape : direction Quang Ngai. 175 km pour 4h de route. C’est plus prudent vu la fatigue accumulée. 

Rapide petit-déj à l’hôtel et direction le centre-ville pour aller faire la vidange de nos briquettes. Et oui on a déjà fait plus de 500 km depuis Mui Né, ville de notre dernière vidange. 

Je ne te cache pas que le moral n’est pas ouf ce matin. D’un côté on se dit qu’on ne pourra pas avoir pire (mdr les personnes naïves) mais en parallèle on a beaucoup d’appréhension sur les conditions de route qu’on peut avoir aujourd’hui.

Clairement on n’a pas le mental pour subir une nouvelle journée comme la précédente. Cependant il faut y aller. Alors on boucle les sacs, on prie notre bonne étoile et on part en direction du centre pour trouver un garagiste. 

3 garagistes en 2h, qui dit mieux ?

Après s’être perdue mutuellement dans un rond-point avec 10 000 personnes dessus (la recherche aura duré bien 20 min avant de se retrouver, car oui on n’a toujours pas internet sur nos téléphones 😂) on trouve un garagiste qui est adorable. Il fait un check up complet, il est consciencieux et surtout il ne cherche pas à nous arnaquer !!! Tu sens les traumas de mon garagiste à Da Lat ? Totalement. Malheureusement il n’arrive pas à réparer mon démarreur électrique, mais il a réussi à faire tout ce qu’on lui avait demandé. Cœur sur cette personne 🫶🏽
Nous voilà donc prêtes à quitter Quy Nhon. Une ville que je ne connais pas, mais que j’ai bien aimé avec la gentillesse des locaux !
Ça fait à peine 20 min qu’on roule et voilà que Lau me double en me disant que mon pneu arrière est à plat. Ah, le voilà le premier problème de la journée 😅
Je trouve un garagiste le long d’une ligne droite interminable, il ne parle pas un mot d’anglais et malheureusement on ne se comprend pas.
Il pense que mon pneu est dégonflé, il me le regonfle et me voilà repartie. Bien évidemment le pneu est à nouveau à plat quelques minutes plus tard. On est sur un semblant de ville, il n’y a pas grand-chose aux alentours, encore un coup sur le moral avec cette galère dès le début de journée… On avance doucement pour trouver un autre garagiste. Bim, Lau me double une nouvelle fois en me disant qu’il y en avait un sur la gauche !
On s’arrête. Un petit bonhomme adorable qui ne parle pas anglais. Il croit lui aussi qu’il faut juste regonfler mes pneus. S’enchaine alors un discours entre deux sourds pour essayer de se faire comprendre. La situation en est même drôle et
contrairement au deuxième garagiste, il est beaucoup plus souriant et il finit par comprendre que ma roue est crevée !

Garage numéro 1 à Quy Nhon
Garage numéro 3 je ne sais ou

Il vit surement avec sa maman. C’est elle qui vient nous donner de minuscules chaises d’enfant pour qu’on puisse s’asseoir en attendant qu’il répare la roue. Encore une fois, un moment de galère devient un beau moment de partage malgré la barrière de la langue. Ils sont tellement souriants, ça nous donne de nouveau du baume au cœur face aux difficultés rencontrées. Cette aventure est un véritable ascenseur émotionnel je te jure. 

Bref, on patiente pendant une bonne heure, en parallèle avec Lau on parle. Le temps passe même assez vite, il ne manquait plus que les Gin To et clairement on était en plein apéro confession sur nos chaises d’enfants sur le bord de route 😂

Qui aurait pu croire que ce moment galère allait même nous faire du bien au moral ? Pas nous en tout cas.

Cependant, je m’attends à payer une somme astronomique, mais je m’en fous. Ma roue est réparée, on va repartir sereine et c’est tout ce qui compte. 

Il m’écrit sur un bout de papier le montant : 150 000 dôngs. Soit même pas 6€. Je n’y crois pas. C’est tout ?

Le fils et sa maman nous sourient, encore. Je te parle d’un vrai sourire. Sincère, honnête. Putain quelle claque, quelle leçon d’humanisme de la part de ses locaux. Tu ne peux pas savoir comme ça fait du bien ces moments d’échanges tellement simples. Oui c’est juste un sourire, mais des sourires comme on ne voit plus en France. Et si tu as déjà été en Asie, je suis certaine que tu vois de quoi je parle. 

La briquette de Lau qui fait 0 caprices
Temps pluvieux temps heureux

On part, il pleuvine, mais rien comparé à hier. Au bout d’un certain temps, on s’arrête dans une sorte de cantine pour manger une nouvelle soupe en ne sachant toujours pas ce qu’on mange. Il se met à pleuvoir de plus en plus, on s’est arrêtée au bon moment. Le repas est dans une meilleure ambiance que la veille, on rigole car on ne sait pas ce qu’on mange. On est fatiguée et mouillée, mais on le prend avec le sourire. Oui on fissure un peu, mais on tient le bon bout. Ça va le faire.

Singing in the rain

Il faut repartir. On est en milieu d’après-midi, il reste encore de la route et la nuit arrive tôt en Asie. On roule, fracassée, mais on avance. Il reste 70 km. Pourquoi j’arrive précisément à te dire combien il nous reste de km ? Car c’est à ce moment-là que l’enfer revient sur la route. 

Le vent se faisait de plus en plus présent, et là on se reprend une pluie intense sur la tronche. Sans déconner j’ai l’impression qu’on s’est pris 5 000L d’eau sur la gueule. Mais on n’a pas d’autres choix que d’avancer, la nuit commence à tomber et la situation devient donc de plus en plus stressante. On ne voit rien. 

On a 0 visibilité, avec la lumière des phares des autres voitures c’est encore pire et on est trempée. La pluie est tellement intense qu’on est obligée de s’arrêter sur le perron d’une maison. Il fait nuit noire ça y est, et il nous reste 40 km. Impeccable. Encore une fois c’est parti en sucettes en tellement peu de temps, c’est fou.

Ne me demande pas pourquoi, mais pour ces derniers kilomètres je trouve un mental d’acier. Mon sauveur ? La musique dans mes oreilles 😂

Je me suis complètement déconnectée de la situation merdique dans laquelle nous sommes et je suis dans ma bulle avec ma musique qui me motive. Et malgré la pluie battante, ça marche. On avance avec difficulté et lentement, mais on avance. D’autant plus que cette fois-ci, c’est plus Lau qui est en difficulté. Hier elle a réussi à garder le mental pour deux, alors cette fois-ci c’est à mon tour de faire pareille. C’est comme ça que fonctionne une équipe non ? 

Ça y est, on arrive enfin (toujours sous une pluie battante au logement). Le gérant nous attend littéralement les bras ouverts avec un grand sourire. Il est assez amusé de la situation en nous voyant arriver complètement trempées. Il nous fait un câlin, comme pour nous féliciter. Une façon de nous dire que ça y est, on est arrivée à notre destination. On est éreintée, fatiguée, frigorifiée, et ce type tente de nous apporter du soutien moral comme il le peut. 

Bordel mais quelle claque d’humanisme tu es l’Asie, je ne le répéterais jamais assez. 

 

Repas 5 étoiles

Encore une journée assez compliqué… Honnêtement, heureusement qu’on arrive le lendemain. On est tout simplement à bout de force de tous les éléments naturels contre nous depuis 2 jours. La soirée sera une nouvelle fois très calme, et sans repas cette fois-ci. La pluie est tellement forte que les services de livraison ne fonctionnent pas. On est peu avant l’entrée de la ville, il n’y a donc rien autour et il est hors de question de reprendre la moto, même pour 5 min. 

Il y a un café en face de la Guest house, le repas sera donc liquide à base de smoothie mangue et fruits rouges. Au moins, on fait des économies sur le budget même si je t’avoue que sur le coup je suis dépitée. Conduire X temps sous la pluie c’est ok, rater un repas c’est non 😂

Jour 4 : De Quang Ngai à Hoi An, on l'a fait !

Jeudi 26 janvier, 08h00.

Le réveil sonne, aujourd’hui pas de petit déjeuner à l’hôtel, ça sera juste un café en face du logement. Ce même café qui a été notre repas hier soir. On est en diet forcée 🤣.
Il est temps d’arriver, on est clairement à bout. Deux jours de pluie totale et je ne t’explique pas l’état des affaires.
TOUT est mouillé, rien ne sèche vu l’humidité omniprésente dans les chambres de nos logements. On connait tous cette sensation plus que déplaisante de remettre des affaires mouillées sur soi… Mais comme on se le répète sans arrêt, on a voulu ce mode de transport alors on cherche du mental et on ferme notre bouche.
Hoi An est à 195 km pour 2h de route. Autant dire que dal avec ce qu’on a traversé. Il ne pleut pas même si le ciel est couvert, ça va le faire. « Il ne peut pas y avoir pire ! » Phrase que j’adore répéter à Lau, surement aussi pour me rassurer de manière totalement inconsciente.
On ne va pas épiloguer 30 ans, j’en ai déjà assez raconté,
mais pour ce trajet tout a été comme sur des roulettes ! Et tant mieux j’ai envie de te dire 😅
Nous arrivons pour visiter Hoi An sous le soleil, improbable ! Bon ça sera le seul moment du séjour ou on verra le soleil. Oui, on a passé littéralement 2 jours entiers sous la flotte. TRÈS TRÈS frustrant 😂
On prend un vrai repas, et crois-moi qu’il a été apprécié celui-ci vu la frustration du diner de la veille. Le reste de la journée a été plus que tranquille en visitant la vieille ville et en terminant dans un bar (bien évidemment) à discuter de moultes sujets. Apéro confessions qui sera brutalement coupé par une araignée énorme à proximité des tabourets des piliers de bar que nous étions ce soir la.

La prochaine étape est dans 3 jours, direction Da Nang. 

L'arrivée 🥹

Que faire à Hoi An ? 

Que faire à Hoi An ?

Visiter la vieille ville (la old town)

Le centre-ville

Le lieu incontournable quand tu viens visiter Hoi An ! C’est simple, c’est l’âme de la ville. C’est ici que ça bouge. Il y a énormément de monde sur les routes en fin de journée, mais on est tout de même sur un côté beaucoup plus cocon qu’une grande ville vietnamienne. Oui ça grouille, mais ça reste à taille humaine et ça fait partie du charme de la vieille ville.

C’est aussi ici que tu vas trouver le bar parfait pour prendre l’apéro sur le bord du Mékong ou en hauteur sur des balcons discrets et aux multiples charmes. Après l’apéro, de nombreux restaurants à proximité sauront combler ta faim.

Profites-en aussi pour observer le fameux pont japonais, un élément important quand tu viens visiter Hoi An. Il est aussi appelé la « pagode Cau Chau » et est donc considéré comme un temple : le temple Cau. Il est accessible gratuitement, mais attention, il est très touristique. Tu ne sera pas seul sur ce pont… À privilégier de nuit avec les lampions pour un rendu encore plus esthétique (mais avec encore plus de monde) 

Attention, le long du Mékong, tu vas être un véritable bout de viande ou l’on va te proposer pour un « prix pas cher » (qu’importe le pays ou tu es, les Asiat adorent te sortir cette phrase pour te sentir privilégier 🤣) pour faire un tour de bateau.  À toi de sortir tes talents de négociateur car c’est bien le genre d’endroit où on va t’allumer sur le prix pour faire cette activité. Je ne l’ai pas réalisé donc je peux pas te donner une idée de prix. Cependant si ça te tente, tu n’auras aucun mal à te trouver un bateau ! 

Découvrir ses marchés

La ville s'agite en fin de journée

Comme d’habitude dans chaque ville d’Asie du Sud Est, Hoi An à son propre marché. Même ses propres marchés. On a le marché central qui a lieu la journée, et son immanquable night market qui a lieu le soir à partir de 17h. À toi de t’y rendre si tu veux être dans une immersion totale du monde asiatique. Les marchés sont une véritable institution sur ce continent.

Infos utiles sur les marchés de Hoi An

Le marché central de Hoi An : 

  • Ouvert de 06h00 à 19h00.
  • Facilement repérable, c’est le grand bâtiment dans le centre marqué « Cho Hoi An » en rouge. 
  • Possibilité de manger sur place puisqu’il y a une partie restauration. 

Le night market de Hoi An : 

  • Ouvert tous les jours de 17h00 à 22h00.
  • Le marché se situe non loin du pont japonais. 
  • Un endroit parfait pour manger à petit prix et des plats typiques. 

Festival des lanternes

Si ton programme sur le Vietnam coïncide avec les dates du festival des lanternes, tu vas en prendre plein les yeux mon petit pote ! Le festival a lieu tous les mois lors du 14e jour du mois lunaire. Autrement dit, lorsque la pleine lune est présente. Le festival dure environ 4h de 18h à 22h. 

En Asie du Sud-Est, on célèbre la pleine lune, car c’est considéré comme un élément important dans la culture bouddhiste. Bouddha est censé être né et avoir reçu l’illumination à une date de pleine lune. Ceci explique ce total engouement. 

Les différentes pagodes de la ville à découvrir

Lorsque tu viens visiter Hoi An pendant ton road trip au Vietnam, tu auras l’occasion de découvrir quelques pagodes au sein de la ville. En voici une petite liste des principaux pour en découvrir plus sur cette culture si inconnue de la nôtre :

  • La pagode Phuc Kien, que l’on appelle aussi Pagode de Fujian. Elle est ouverte tous les jours de 08h30 à 17h30. Il se situe dans la vieille ville.
  • Le temple Trieu Chau. Se situant lui aussi dans la vieille ville, il est ouvert de 08h00 à 17h00 tous les jours.
    Ces visites peuvent totalement se compléter avec le pont japonais qui est, lui aussi, une pagode.

Profiter du calme de l'ile voisine Cam Kim

Les rizières de Cam Kim

N’accessible que par bateau jusqu’à janvier 2016, l’ile de Cam Kim est désormais dotée d’un pont qui la relie directement avec la ville de Hoi An. Il est désormais très simple de t’y rendre si tu as ton propre moyen de locomotion. De mon logement (je t’en parle plus bas) en moto on a dû mettre 15 min pour rejoindre l’ile.

L’ile de Cam Kim est idéale si tu veux plus de calme et moins de lieux touristiques lorsque tu viens visiter Hoi An. C’est un lieu authentique parfait si tu veux déambuler en scooter pour découvrir l’Asie loin du tourisme de masse. Un lieu rempli de sérénitude qui saura te détendre !

Ici, l’échange verbal peut s’avérer compliqué puisqu’ils ne parlent que très peu anglais, voire pas du tout. Mais on a dit qu’on voulait de authenticité après tout ! 😏
Il pleuvait (encore 🫠) le jour où nous nous y sommes rendues donc on n’est pas restée très longtemps, mais en une petite journée tu fais le tour!

Voici les différentes activités que tu peux découvrir :

  • Un pont flottant. 
    De nombreux artisans (fabricants de tapis de sol, de bateaux panier, nouilles de Mi Quang).
  • Village de Kim Bong (observer des artisans en action sculpter le bois).
  • Les chantiers navals pour la construction des bateaux de pêche.

Tra Que Herb Village

Un lieu idéal si tu veux prendre un cours de cuisine pour découvrir les spécialités culinaires du Vietnam et plus précisément de Hoi An. Personnellement ce genre d’activités ne me tente pas, mais c’est ici que tu pourras découvrir les meilleures recettes en allant directement dans les jardins voir comment sont les plantations.

C’est une forme de ferme géante avec différents potagers qui poussent tout autour de toi. Si cuisiner n’est pas ton truc, tu peux tout simplement manger au « Tra Que Herb Garden » afin de profiter des différents produits frais du lieu !

Enfin, pour les amateurs de la photographie, le lieu est parfait pour à l’aurore ou en fin de journée pour capturer de très belles images.

Infos utiles

  • « Baby Mustard » est aussi un restaurant qui propose des cours de cuisine en plein coeur de ce village et il a une excellente réputation. Tu peux compter environ 15€ pour un cours de cuisine avec un total de 20 personnes. 

Les différentes plages

Plage de An Bang sous la grisaille

Lors de ton passage pour visiter Hoi An et en fonction de la météo que tu as, il est possible d’aller te dorer la pilule sur les différentes plages à proximité !

Personnellement je n’ai pas eu cette chance étant donné qu’il a plu quasiment en non-stop pendant les 72h ou nous étions à Hoi An, mais sous un beau soleil les plages ont vraiment l’air top ! Possibilité de surfer sur certaines d’entre elles en plus !

Petite liste exhaustive des différentes plages où auxquels tu peux accéder assez facilement :

  • Plage de An Bang : Possibilité de surfer sur celle-ci, très populaire et à seulement 4km de Hoi An.
  • Plage de Cua Dai : la plus proche de Hoi An.
  • Plage de Hidden Beach : située au nord de Hoi An, elle est dans son ensemble très calme.
  • Plage de Ha My : Pour les amateurs de calme et d’espace vide  
    Après je ne le répéterai jamais assez, mais si tu as ton propre moyen de locomotion, n’hésite pas à rouler et à te perdre dans les alentours. C’est comme ça qu’on découvre les meilleures pépites !
Ce que j'étais censée voir
Ce que j'ai vu 🤣

Le sanctuaire My Son

Situé à environ 1h de route depuis Hoi An, le sanctuaire my Son est un complexe architectural construit par le peuple Cham datant de plusieurs siècles. Moins majestueux que le très célèbre Angkor Wat au Cambodge, il ne reste pas moins un des complexes de temples les plus fascinants d’Asie du Sud Est. Autrement dit, ça reste une belle porte d’entrée pour découvrir les vestiges de cette civilisation et d’analyser les nombreux détails que l’on peut trouver sur les différentes ruines.

Plus de 32 temples  ont été préservés à l’heure actuel, et le complexe s’étend sur une vallée d’environ 2 km avec les montagnes environnantes tout autour. La visite va durer au minimum 2h, tu ne vas donc pas te déplacer pour rien depuis Hoi An.

De plus, à l’accueil du complexe il y a un musée à l’entrée gratuite qui t’explique toute l’histoire des différents temples et qui est donc primordiale à la bonne compréhension de l’histoire de tout ce qui entoure ce lieu. 

Infos utiles

  • Le sanctuaire My Son se trouve à environ 1h de route depuis Hoi An. Tu peux demander à un chauffeur privé de t’y rendre, ou bien par Grab (Uber asiatique). 
  • Si tu as ton propre moyen de locomotion, la route se fait facilement en moto ou en scooter. 
  • L’entrée est payante avec un accès au parking, 150 000 dôngs, soit environ 6€.
  • Possibilité de prendre un café sur place avec différentes installations touristiques. 
  • Attention pour ceux qui ont des drones, les différents gardes sur place m’ont demandé de ne pas le faire voler même s’il n’y avait aucun panneau marquant l’interdiction de drone. 

Les autres activités à réaliser

Comme je t’ai dit précédemment, la météo n’a pas été clémente avec nous pendant ce court séjour pour visiter Hoi An, et elle a de ce fait énormément ralenti (voir annuler) les différentes activités que je voulais réaliser ! 

Je te mets tout de même la liste que je m’étais faite, en espérant la finaliser pour de vrai un jour : 

  • Village de Can Thanh : lieu idéal pour faire les fameuses (et très instagrammable) balades en bateau sous forme de panier, aussi appelé basket boat. Endroit assez touristique, mais l’activité est vraiment sympa à réaliser. Attention aux prix, on doit te proposer une balade de 1h comprise entre 100 000 et 150 000 dôngs, pas plus (entre 4€ et 6€). 
  • Precious heritage museum : découvrir plus de 54 costumes issus des minorités ethniques du Vietnam. 
  • Paro Village : Échanger avec une minorité ethnique. 
  • Le village de poterie de Thanh Ha.

Que faire à Hoi An ? 

Ou se loger à Hoi An ?

Herbal tea Homestay

Après les 4 jours cauchemardesques que nous venions de passer pour arriver jusqu’à Hoi An, on a décidé de péter le budget en se faisant (un peu) plaisir ! Au programme, une belle chambre avec balcon, une salle de bain moderne et surtout, une belle piscine au sein de la guesthouse pour se reposer au soleil après ce long périple ! 

Ça, c’était ce qui était voulu dans notre Vietnam paradisiaque, mais la météo et surtout la pluie n’a absolument pas voulu nous lâcher malgré notre arrivée pour visiter Hoi An. La piscine est donc très belle, mais impossible de te dire si l’eau est chaude ou froide. 

Cependant, le cadre était tout de même parfait ! La famille au top avec une gentillesse comme on connait en Asie, des plats pouvant être amenés directement dans la chambre et très bons. Bref, malgré la pluie, je recommande totalement ce logement alors avec le soleil ça doit être royal au bar ! 

Avoir une douche chaude après 4 jours de douche quasi froide je te jure que c’était le plus beau cadeau que l’on pouvait avoir. 

Une bien belle piscine

Infos utiles

  • Le prix de la chambre double a été de 7€ par personne et par nuit, soit 14€. On a fait peter le budget je t’ai dit ! 
  • Possibilité de réaliser pleins d’activités avec la guesthouse (petit book dans la chambre regroupant tout ce qu’il est possible de voir à Hoi An) 
Ma meilleure vue pendant 2 jours
Une déco comme on aime

Que faire à Hoi An ? 

Comment se déplacer à Hoi An ?

En moto ou en scooter

Moyen le plus pratique pour avoir toute la liberté qu’il te faut pour visiter Hoi An ! Les routes sont clean, tu n’as pas de soucis à te faire concernant ce domaine-là. 

Cependant, je te conseille de laisser ta moto bien garer vers ton logement si tu veux te rendre dans la vieille ville. Surtout si tu as peur de conduire dans la foule. C’est un bordel pas possible en fin de journée et tu roules au pas, roue contre roue, ça peut être assez galère si tu es pas à l’aise ! 

Il est aussi possible de louer des scooters si tu n’as pas acheté ta moto. Vois directement avec ta guesthouse, il saura te trouver un petit bolide pour te balader dans les rizières de Hoi An. 

Infos utiles

  • Le prix d’une location de scooter sur Hoi An serait de environ 100 000 dôngs par jours, soit à peu près 4€. 

En grab et ou en chauffeur privé

Si tu n’es pas à l’aise à l’idée de conduire un deux roues pour visiter Hoi An, Grab sera la solution que tu recherches ! 

Grab c’est le Uber asiatique, le fonctionnement est totalement le même ! Tu commandes un chauffeur, que ce soit en moto ou en voiture, il arrive dans les minutes qui suivent et peu de temps après te voilà à ta destination ! Simple, rapide, efficace et pas cher. 

Au cas ou, l’application fait aussi comme Uber eat. 

Cependant, s’il pleut, tu vas avoir des difficultés pour trouver des chauffeurs ! 

En Asie il est très facile de trouver des chauffeurs privés qui pourront t’emmener ou tu le souhaites. De plus, ils connaissent souvent très bien leur région. Ils pourront donc t’emmener dans des endroits peu connus des touristes si tu tombes sur un bon driver ! Pour en trouver, c’est très facile, : les rencontres, demande à ta guesthouse, etc. 

Que faire à Hoi An ? 

Comment venir à Hoi An ?

En bus et/ ou en train

Contrairement à nous, il y a plusieurs moyens de venir à Hoi An de façon beaucoup plus rapide 🤣 

Qu’importe la ville où tu te trouves au Vietnam, il y a des bus qui pourront te mener à Hoi An. N’hésite pas à regarder directement sur la plateforme 12GoAsia ou sur Rome2Rio si tu ne trouves pas le trajet sur la première plateforme. 

Cependant, en fonction de la ville ou tu te trouve, tu peux aussi demander directement à ta guesthouse comment aller a Hoi An, ils vendent surement des billets ou sont en lien direct avec les compagnies de bus ! Don’t worry, c’est d’une facilité déconcertante de voyager au Vietnam.  

Infos utiles

  • Par exemple, si j’avais du prendre le train depuis Mui Né pour me rendre à Hoi An, ce la m’aurait couté 20€ pour 15h de trajet. 
  • Si j’avais pris le bus, cela m’aurait couté 27€ pour 18h de trajet.
  • Si tu le peux réserve directement auprès de ta guesthouse, c’est souvent un poil moins cher. 

En avion

En fonction de ta façon de voyager et du temps que tu as devant toi, l’aéroport le plus proche pour visiter Hoi An est celui de la ville Da Nang, qui se trouve à seulement 40 min de voiture environ. Une fois à Da Nang soit tu prends un bus ou un chauffeur/ Grab en fonction de la possibilité avec ton budget. 

Que faire à Hoi An ? 

Combien de temps à Hoi An ?

Hoi An par mon ressenti est une ville cocooning et paisible malgré le temps pourri que nous avons eu. L’ambiance dans la vieille ville est spéciale, on s’y sent bien et on aurait envie de rester quelques jours là-bas afin de prendre son temps et de se reposer. Surtout avec la mer pas loin. 

Dans notre folle course contre la montre pour remonter le Vietnam, on a octroyé presque 3 jours entiers à Hoi An. Déjà parce qu’on venait de passer 4 jours intense et qu’il fallait fortement qu’on fasse une pause moto haha. Cependant, on aurait pu facilement rester plus, mais le Vietnam est gigantesque et il y a beaucoup trop de choses à découvrir… 

Je pense donc que 3 jours c’est le minimum pour bien découvrir la ville et ses alentours.  Cependant, si tu veux te reposer, tu peux penser à rester un peu plus pour prendre du bon temps à la plage. 

Contrairement à Mui Ne, ici on n’est pas sur une station balnéaire. 

Le mot de la fin

Hoi An est pour moi un endroit coup de coeur sur mon voyage de 1 mois au Vietnam. L’ambiance y est particulière et on peut y découvrir de très belles choses sur la culture vietnamienne. Elle restera gravée comme une étape primordiale dans ce voyage à moto avec les 4 jours intenses que nous avons vécu pour y parvenir. 

À seulement 40 min de la grande ville côtière de Da Nang, Hoi An est un petit coin de paradis à taille humaine pour pouvoir prendre son temps. 

J’espère avoir répondu à tes questions pour visiter Hoi An correctement.

N’hésite pas à me contacter si tu as des questions supplémentaires pour qu’on en parle ensemble, que ce soit en commentaire ou par le biais de mes réseaux sociaux ! 

À très vite,

Cass 🤙🏽

Post a Comment